Publié le Laisser un commentaire

Comment gérer les annulations de vos invités/prestataires de mariage ?

gérer les annulations
gérer les annulations

Comment gérer les annulations de ses invités/prestataires de mariage ?

Lorsqu’on organise un mariage, rien n’énerve/ne stresse plus les futurs mariés que des invités ou des prestataires qui annulent leur présence à votre mariage.

Dépenses déjà engagées, difficultés de trouver des plans B… Les raisons sont nombreuses. Et en fonction du temps restant avant le mariage, cela devient de plus en plus stressant.

Et pourtant, tout n’est peut-être pas perdu.

Cet épisode est consacré aux conseils que je souhaite vous donner afin de gérer les annulations de vos invités et vos prestataires de mariage. Avec un focus plus particulier en fin d’épisode sur les différentes solutions qui s’offrent à vous en cas d’annulation de votre prestataire, en fonction de la situation.

Il s’agit d’un épisode plus long que d’habitude, mais je tenais à ce qu’il soit le plus complet possible afin que vous ayez toutes les clés en main pour faire face à cette situation si elle devait vous arriver.

Pourquoi ça énerve de devoir gérer les annulations de vos invités ou de vos prestataires ?

Je ne pense pas avoir besoin d’expliquer les raisons qui poussent vos invités/prestataires à annuler leur présence à votre mariage. Car il y en a beaucoup, et ce n’est pas à moi de juger si elles sont légitimes ou non.

Bien entendu, le cas de force majeure (COVID, décès…) reste à part. Car ce n’est pas quelque chose que nous pouvons prévoir donc, nous ne pouvons rien faire contre cela.

 

Selon moi, il faut également différencier les annulations faites tôt, qui vous laissent le temps de trouver d’autres solutions, que celles qui arrivent à la dernière minute et qui vous bloquent totalement.

1- Tout est déjà payé et organisé :

Et selon le cas, vous n’avez pas la possibilité de demander un remboursement de ce qui a déjà été payé.

 

Donc non seulement cela peut représenter des pertes financières, mais aussi c’est un investissement énorme de votre part qui est gâché. Car selon la situation, vous devrez peut-être reprendre à partir de zéro.

2- La difficulté de trouver une solution de repli :

Evidemment, dans le cas où c’est votre prestataire qui annule, il est plus facile de trouver une solution s’il vous reste 9 mois avant votre mariage que s’il vous reste 3 mois.

Vous le savez maintenant si vous me suivez depuis longtemps, mais certains prestataires sont réservés extrêmement en avance. Et même si ce n’est pas impossible de compléter votre dream team à M-3, cela est plus compliqué qu’un an avant.

3- La "flemme" de tout réorganiser :

Tout simplement car plus vous vous rapprochez du Jour J, plus vous avez bouclé l’organisation. Que ce soit les paiements, les menus, les plans de table, les cadeaux…

Vous pensiez pouvoir profiter d’un peu de répit et paf, un événement imprévu vous en empêche. A ce stade, je peux comprendre que la perspective de refaire le plan de table car 10 personnes se sont retractées 2 semaines avant ne vous enchante guère. Surtout au vu de l’investissement mental fourni à ce stade.

Quelles solutions pour gérer les annulations de vos invités ?

1- Comment réutiliser les "ressources" déjà utilisées ?

Dans le cadre d’un mariage éco-responsable (mais aussi si vous avez un budget assez restraint), il est normal que vous tentiez au maximum de limiter la casse. Voici quelques pistes pour vous y aider :

  • Ajuster les commandes du traiteur si vous le pouvez. Ou si non, voir ce que votre traiteur peut vous proposer pour rapporter la nourriture non consommée chez vous. Après tout, vous avez payé pour ce repas. Il est normal que vous ne vouliez pas le voir à la poubelle.
  • Concernant les cadeaux et la papeterie individuelle (nom…), vous pouvez les donner aux personnes qui ne pourront pas être présentes.
  • En revanche, vous n’aurez pas le choix que de refaire le plan de table, malheureusement 😅

2- N'essayez pas de convaincre les récalcitrants :

Il est important que vous soyez entourés de personnes qui ont vraiment envie d’être là à votre mariage.

Je suis certaine que vous ne voulez pas vous pourrir la journée avec des gens qui vont faire la tronche, tout critiquer et ne pas faire d’efforts pour profiter.

3- Gérer les annulations de vos invités en invitant d'autres personnes ?

Je mets cette solution entre parenthèses car cela dépend de la perception de chacun. Car ça peut faire plaisir aux personnes initialement non invitées mais cela peut aussi passer pour une solution de repli. On se rabat sur les seconds choix car les premiers ne viennent pas. Un peu comme des « bouche-trous ».

Personnellement, je sais que ça me mettrait mal à l’aise. Donc à vous de voir si vous vous sentez à l’aise avec cette idée ou non.

4- Lâchez prise :

Malheureusement, on a aucun contrôle sur ce genre de chose. Et vous ne pouvez pas forcer vos invités à venir s’ils n’en ont pas envie.

Alors même si c’est compliqué, n’hésitez pas à prendre du recul sur cette situation. Pour être franche, la plupart des mariées confrontées à cette situation finissent par considérer ces annulations comme une opportunité de voir pour qui elles comptent réellement.

Après, si la cause de l’annulation est importante (décès…), que la personne ne pouvait pas faire autrement et qu’elle regrette de ne pas venir, j’imagine que vous n’allez pas le prendre de la même façon 😉.

Quelles solutions pour gérer les annulations de prestataires ?

1- Pouvez-vous reporter votre mariage ?

Dans le cas où vous avez trop d’annulations, et que cela devient compliqué pour vous d’organiser votre mariage dans de bonnes conditions. Vous pourriez vouloir reporter afin de gagner du temps et ne pas vous précipiter.

2- Le prestataire peut-il vous aider ?

Surtout s’il s’agit d’une annulation de sa part, vous pouvez faire appel à son bon sens et lui demander s’il connait quelqu’un qui peut le remplacer. Il peut même vous mettre en relation s’il est assez sympa.

Car même si on peut penser que le monde du mariage est très compétitif, en réalité, il est très important de maintenir de bonnes relations avec ses confrères et consœurs.

Déjà car je pense que chaque personne a quelque chose à nous apporter. Mais ensuite, car il s’agit au fond d’un secteur très solidaire. Surtout dans ces cas-là où, pour aider nos futurs mariés, nous pouvons les renvoyer vers une personne qui serait plus adaptée à leurs projets.

gérer les annulations

3- Ne perdez pas une seconde de plus :

Et passez à l’action immédiatement.

4- Gérer les annulations de vos prestataires en essayant toujours de résoudre à l'amiable d'abord :

Réfléchissez à ce que vous allez faire immédiatement :

  • De combien de temps disposez-vous ?
  • Reprenez les listes de prestataires que vous avez faites au début de vos préparatifs, lors de vos premières recherches. Et s’il y a des personnes que vous n’aviez pas déjà contacté, contactez-les. Vous n’avez rien à perdre à faire cela.
  • Demandez à votre entourage/sur des groupes Facebook/sur Instagram/sur forums pour glâner quelques contacts supplémentaires. L’avantage des groupes Facebook, c’est que beaucoup de prestataires sont aussi présents. Et si vous ciblez des groupes en fonction du lieu de votre mariage, ils pourront peut-être vous aider.
  • Vos proches peuvent-ils se charge de la prestation ? Cela s’applique surtout si la prestation n’est pas trop compliquée à prendre en main pour un non-professionnel (exemple : officier une cérémonie est bien plus facile que de s’improviser wedding planner).
  • Pouvez-vous vous passer complètement de la prestation ? Ou pouvez-vous trouver d’autres alternatives (ex : foodtruck, faire soi-même au lieu du traiteur…)

Ne vous jetez pas tout de suite sur le tribunal !

Je sais qu’on a souvent tendance à penser « tribunal » dans ce genre de situation. Mais ce que vous devez savoir, c’est que les procédures judiciaires sont assez longues. Et je ne suis pas sûre que vous souhaitiez vous embarquer dans ce genre de procédure qui peuvent être épuisantes pour vous. Sauf si vous n’avez pas d’autre choix.

Il est donc dans votre intérêt à tous les deux de tenter de résoudre votre problème à l’amiable d’abord.

Pour cela, vous pouvez vous faire aider de plusieurs personnes :

  • Regardez si vous pouvez avoir une aide juridique dans le cadre de votre responsabilité civile, assurance habitation voire celle de votre carte bancaire.
  • Vous pouvez également faire appel à des associations de consommateurs
  • Voire des médiateurs à la consommation. Ces derniers sont des personnes spécifiquement formées pour aider à résoudre des litiges entre professionnels et particuliers. Sachant qu’il est obligatoire pour tous les professionnels d’avoir un médiateur. Cette obligation concernant aussi vos prestataires, vous pouvez leur demander les coordonnées du médiateur sélectionné.

N’hésitez surtout pas, vous comme votre prestataire, à vous montrer ouvert pour trouver une solution qui vous arrange tous les deux.

5- Souscrire une assurance mariage en amont :

Le but d’une assurance mariage est de protéger les frais que vous engagez dans le cadre de votre mariage contre des circonstances imprévues, indépendantes de votre volonté.

Alors si jamais vous avez souscrit une assurance mariage, n’hésitez pas à bien vérifier aussi ses garanties mais ses exclusions. En effet, elles varient souvent d’un contrat à l’autre et ne protègent pas les mêmes éléments.

Par exemple, nombreuses assurances excluaient jusqu’à récemment les pandémies. Car qui aurait pu imaginer une telle situation il y a seulement quelques années ?

6- On ne panique pas !!

C’est le pire que vous pourriez faire si vous souhaitez prendre de mauvaises décisions. Alors même si c’est compliqué, n’hésitez pas à prendre un peu de recul, à en parler à des personnes de confiance Et à surtout vous entourer d’ondes positives.

C’est le meilleur remède possible pour surmonter au mieux cette situation.

Comment se faire rembourser d'un acompte ?

J’ouvre une petite parenthèse dans le cadre de l’annulation d’un de vos prestataires, dans le cas où c’est lui qui choisit d’annuler.

Attention : Je ne suis pas une professionnelle de la loi. Je me base uniquement sur mes quelques connaissances et mes recherches sur Internet. J’espère que c’est exact. Dans le cas contraire, n’hésitez pas à me corriger si je me trompe. Je serai ravie d’en apprendre davantage 😁.

La différence entre arrhes et acompte :

Quand vous versez une avance pour bloquer une prestation, vous allez croiser 2 termes principaux. Je vous explique la différences :

  • Arrhes : Il s’agit d’une somme versée d’avance pour l’achat d’une prestation de services. Le professionnel tout comme le client peut revenir sur son engagement car elles n’obligent pas le client à acheter/aller au bout de la prestation. En revanche, si le client annule le contrat, les arrhes sont perdues sauf si le contrat prévoit le contraire. Et si c’est le professionnel qui se désengage, il doit rembourser le double des arrhes versées au client.
  • Acompte : Comme pour les arrhes, il s’agit du premier versement sur l’achat d’une prestation de services. Sauf que dans ce cas-là, le professionnel comme le client sont obligés de tenir leurs engagements sauf accord contraire. Si l’une ou l’autre des parties se rétracte, l’autre peut être amené à payer des dommages et intérêts si une solution amiable n’est pas trouvé. Mais l’acompte doit être restitué sauf s’il existe une clause spéciale indiquant qu’en cas de changement d’avis de la part du client, l’acompte est conservé à titre de dédommagement.

Si rien n’est précisé sur le contrat, il s’agit d’arrhes. Mais bien souvent, vous verrez la notion d’acompte apparaître, car il est bien plus avantageux.

Le droit de la consommation prévoit un délai de 30 jours pour procéder au remboursement des arrhes. Si le remboursement n’est pas fait, le prestataire peut payer des intérêts. Pour obtenir votre remboursement, il n’y aucune démarche particulière à faire. En général, un courrier avec accusé de réception fait l’affaire. Le remboursement doit être effectué soit par chèque ou par virement mais jamais sous forme d’avoir.

Le report de votre mariage :

Seul un accord des deux parties sur une nouvelle date permet de reporter le mariage. Si aucun accord n’est trouvé, le prestataire devra obligatoirement rembourser les acomptes.

Sachant que les mariés ont parfaitement le droit de refuser tout report de leur mariage.

Mais si le prestataire ne peut réaliser la prestation, il ne peut pas se dégager de sa responsabilité si les futurs mariés refusent de reporter la date du mariage.

Pour plus de conseils, je vous renvoie à l’épisode 34 du podcast pour vous aider à bien reporter votre mariage.

Qu'est-ce que la force majeure ?

Le Code civil définit la force majeure comme « un événement qui échappe au contrôle du débiteur. Il ne peut être raisonnablement prévu lors de la conclusion du contrat et ses effets ne peuvent être évités par des mesures appropriées ». Cet événement va empêcher votre prestataire d’accomplir sa mission dans les conditions prévues.

C’est notamment le cas de l’épidémie de Covid-19, si le contrat a été signé avant le début de l’épidémie/d’un confinement, sans que la date du début ne soit connue. C’est un cas de moins en moins courant au fur et à mesure que nous vivons avec la pandémie.

Si le prestataire refuse d’invoquer la force majeure, il se retrouvera sans possibilité de s’exonérer de sa responsabilité. Il devra rembourser les acomptes. Sachant qu’il ne peut en aucun cas invoquer le refus des mariés de reporter leur événement pour justifier l’inexécution du contrat.

Le prestataire ne peut pas non plus soutenir pour se dédouaner que les mariés n’avaient qu’à réduire le nombre de convives. Car « il ne peut être valablement reproché aux mariés d’avoir souhaité maintenir leur cérémonie conformément à leurs souhaits et l’organisation qui était prévue et préparée depuis plus d’un an ».

Là encore, dans la mesure où peu de décisions ont été rendues, il est difficile de prédire avec certitude ce que les juges retiendront pour choisir de prononcer ou non l’annulation d’un contrat et la condamnation des prestataires à remboursement.

Gérer les annulations de vos prestataires en cas de fermeture administrative :

La fermeture administrative est décidée lorsque le prestataire a commis une infraction. Cette sanction est toujours temporaire et non définitive. Par exemple, l’E. Leclerc de Roques (à 20 minutes de Toulouse) a failli écoper d’une fermeture administrative de 7 jours car le magasin avait instauré une file permettant aux personnes sans pass sanitaire de faire leurs courses. Considérant la taille du centre, ne pas pouvoir exercer pendant une semaine aurait représenté un sacré manque à gagner?

Dans le cas où la fermeture administrative ayant empêché l’exécution de du contrat est temporaire, alors le retard pris dans les préparatifs justifie la résolution du contrat ». C’est-à-dire que le contrat est « cassé » et que vous revenez à la situation de départ où vous n’avez pas signé le contrat.

Dans ces cas-là, le prestataire doit vous rembourser toutes les sommes avancées et vous n’avez pas à lui payer le solde de la prestation.

A noter que la fermeture administrative est couvert par certaines assurances mariage mais pas par toutes. A vous de vérifier qu’une clause correspondante existe dans le vôtre.

La liquidation judiciaire est la dernière étape d’une procédure enclenchée suite aux difficultés d’une entreprise de payer ses créanciers. Cela signifie que les difficultés financières ne sont pas surmontables et que le gérant n’est plus en capacité de payer qui que ce soit.

Si jamais votre prestataire est sous le coup d’une liquidation judiciaire, il lui appartient de déclarer les sommes déjà engagées le plus tôt possible. Puisque dans ce cas-là, vous êtes remboursée des sommes déjà payées. Cela dit, le liquidateur doit rembourser les différents créanciers d’un prestataire selon un ordre précis (l’Etat, les impôts, les fournisseurs…). Et dans bon nombre de cas, le consommateur en dernier. Il vous faudra sans doute du temps avant de récupérer votre argent.

Si jamais vous payez votre prestataire par chèque et que vous avez justement des paiements de prévu, n’hésitez pas à mettre les chèques en opposition si vous le pouvez et à annuler les futurs prélèvements.

Conclusion :

Avec tous ces conseils, j’espère que vous êtes parée à gérer les annulations de vos invités/vos prestataires le plus sereinement possible.

N’hésitez pas toutefois à vous entourer de professionnels pour vous aider à faire face à cette situation, si jamais vous et votre prestataire n’arrivez pas à trouver une solution satisfaisante.

Et vous, avez-vous dû gérer les annulations de vos invités ou de vos prestataires ?

Comment avez-vous fait ?

A très vite pour un prochain épisode,

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Comment choisir ses témoins/demoiselles d’honneur ?

choisir ses témoins
choisir ses témoins

Comment choisir ses témoins/demoiselles d’honneur ?

Si j’ai déjà abordé les étapes primordiales à faire avant de débuter les préparatifs de son mariage, il y a une mission qui intervient en général peu après et qui possède toute son importance : choisir ses témoins/demoiselles/garçons/enfants d’honneur.

Que ce soit pour la symbolique, l’aspect légal ou même leur contribution à leur mariage, ce choix est très important à faire et comme beaucoup d’autres aspects de votre mariage, ne doit pas être pris à la légère.

Dans cet épisode, nous allons aborder plus en détails leur rôle, comment ils peuvent contribuer à faire de votre mariage une journée parfaite et surtout : Comment les choisir afin de vous assurer de faire le bon choix et vous constituer une équipe soudée prête à vous soutenir à chaque instant.

NB : Les conseils de cet épisode sont aussi valables pour les garçons et les enfants d’honneur 😉.

Qu'est-ce qu'un témoin/une demoiselle d'honneur ?

Pour remettre les choses dans le contexte, voici les définitions communces d’un témoin et d’une demoiselle d’honneur.

Le témoin : Une personne dont la présence est obligatoire afin d’attester que le mariage a eu lieu dans des conditions légales.

Demoiselle d’honneur – Définition de l’Internaute : Jeune fille ou femme qui assiste la mariée et l’accompagne lors de la procession jusqu’à l’autel.

Certaines personnes estiment qu’il peut être compliqué de choisir des témoins, ce qui peut les pousser à favoriser le PACS qui lui n’en demande pas. Ce rôle est en effet très important et est très souvent confié à des personnes de confiance.

Est-ce obligatoire de choisir ses témoins ?

La présence d’au moins deux témoins lors du mariage a pour but de certifier l’identité des mariés et la conformité de l’acte avec leurs déclarations. Il s’agit donc d’une mesure de protection des futurs conjoints.

Il atteste que la mariage a bien eu lieu, qu’il est légal. Le témoin se porte garant réalisé pour de bonnes raisons et pas qu’il s’agit d’un faux mariage, un mariage blanc ou autre.

Le ministère de la justice et des libertés n’a d’ailleurs pas connaissance de difficultés particulières que poserait cette obligation aux postulants au mariage.

Au demeurant, si les mariés n’ont pu trouver de témoins ou si ceux choisis refusent finalement de l’être, les officiers de l’état civil peuvent très bien en nommer eux-mêmes.

Par contre, vous pouvez vous passer de demoiselle d’honneur. Contrairement au témoin, ce n’est pas obligatoire, il s’agit d’un rôle purement symbolique. Et vous pouvez en avoir autant que vous le souhaitez.

Quel est le rôle d'un témoin/d'une demoiselle d'honneur ?

Il existe deux types de rôles :

  1. Le rôle officiel tel qu’il est. décrit par la loi.
  2. Le rôle plus officieux et qui varie beaucoup en fonction des missions que vous voulez leur donner.

 

Quelles sont les règles pour bien choisir ses témoins ?

Selon le site du Service Public, les règles officielles sont les suivantes :

  • Les témoins sont choisis ensemble par les futurs époux.
  • Ils doivent être âgés d’au moins 18 ans (ou être émancipés).
  • Aucune autre condition n’est requise. Il peut s’agir de membres de la famille ou non et il n’y a aucune différence entre les sexes. Vous pouvez avoir 4 témoins hommes ou femmes, un mélange des deux… C’est comme vous voulez.
  • Les futurs mariés déclarent leurs témoins lors de l’accomplissement des formalités préalables au mariage (type : dossier de mariage). Les témoins sont témoins du mariage, pas des époux : il n’y a donc pas de distinction à faire entre les témoins des deux époux même si pour des raisons de simplicité, beaucoup de couples font la différence. Le choix des témoins peut être modifié jusqu’à la célébration officielle.
  • Sachant qu’il peut y avoir 2 témoins minimum et 4 maximum.

Pour les demoiselles d’honneur, il y a aucune règle. C’est l’occasion de vous entourer des personnes que vous voulez même si je vous conseille de ne pas en avoir trop.

Entre 3 et 5 maximum si vous voulez que chacune d’entre elles aient une place importante, et qu’elles ressentent mieux l’importance de ce rôle.

Quelles sont les tâches confiées à un témoin/une demoiselle d'honneur ?

Officieusement, les mariés peuvent vous demander d’accomplir diverses tâches. Idem pour les demoiselles d’honneur. Voici un petit florilège :

  • L’incontournable organisation de l’enterrement de vie de célibataire mémorable toujours en fonction des choix des mariés.

  • Servir de wedding planner et aider pendant les préparatifs. Aide à la recherche et à la sélection des prestataires, accompagnement pour RDVs, choisir la déco, la robe. Dégustations, ateliers DIY…

  • Un soutien moral indispensable. Si vous choisissez d’impliquer vos témoins dans vos préparatifs de mariage, ce seront les personnes que vous serez le plus amené à côtoyer. Ils auront aussi pour rôle de vous soutenir, vous aider à déstresser et vous empêcher de vous transformer en Bridezilla.

  • Aide à l’installation/Désinstallation de la salle

  • Le Jour J en général : aide à la préparation de la mariée, accueil des invités, prestataires, briefing, orientation, réunir tout le monde pour les photos, veiller à la bonne gestion du planning… Ce sont également des tâches aussi de wedding planner si vous choisissez de ne pas en avoir le Jour J.

  • Discours le Jour J

  • Organiser des petites surprises

Bref, il s’agit là d’une aide inestimable pour organiser votre mariage.

Cela dit, si vous souhaitez avoir des témoins strictement légaux sans qu’ils vous aident, vous pouvez. Idem pour les demoiselles d’honneur.

À vous de choisir à quel point vous souhaitez les impliquer. Même si c’est tout de même mieux de pouvoir compter sur des personnes de confiance.

Comment bien choisir ses témoins & demoiselles d'honneur pour son mariage ?

Il vaut mieux que ce soit des personnes proches, en qui vous avez toute confiance. C’est très important si vous allez attendre d’eux une vraie aide pour votre mariage.

Les qualités à avoir :

 

  • La proximité, non seulement émotionnelle mais aussi géographique. Si vous leur donnez un rôle important, c’est mieux si elles peuvent facilement se déplacer, surtout si elles seront beaucoup impliquées dans vos préparatifs.

  • Disponibilité. Être témoin ou demoiselle d’honneur, c’est un rôle important, un engagement à prendre, et qui ne doit pas être pris à la légère. Si on vous dit oui et au final vous n’arrivez jamais à la voir, qu’elle ne vous rend pas les éléments à temps et que vous comptiez sur elle, vous n’allez pas y arriver. C’est donc très important de bien déterminer les tâches de chacun et voir en fonction des disponibilités de chacun. Mais tout de même, je conseille à vos potentiels témoins de bien réfléchir avant de s’engager.

  • Responsabilité et sérieux. Vos témoins doivent avoir envie de s’impliquer et bien faire pour donner vie à la vision des mariés. Ils doivent aussi avoir le sens des responsabilités, et assumer leurs engagements, les honorer et assumer s’ils font des erreurs.

  • Ponctualité. S’ils/elles doivent vous accompagner à des rendez-vous et accomplir des tâches pour une date particulière le Jour J, il vaut mieux que les personnes que vous allez choisir savent être à l’heure et être dans les temps.

  • Organisation. Vos témoins doivent avoir un minimum de mémoire et d’organisation, savoir où ils rangent leurs papiers, et les projets sur lesquels ils travaillent. C’est aussi mieux s’ils savent bien gérer son temps pour être productif et mener de front l’aide pour votre mariage et leur vie d’à côté.

  • Tolérance au stress. L’organisation d’un mariage peut être stressant. C’est pour cela que les mariés peuvent avoir besoin de se reposer un peu sur d’autres personnes. Donc cela reste un avantage si votre équipe sait gérer les pics de stress des mariés, et éviter que la bride ne se transforme en Bridezilla 😉.

  • Force de proposition. Ce n’est pas un trait obligatoire, uniquement si vous souhaitez vous entourer de personnes créatives, qui ont des idées pour compléter les vôtres. Mais de toute façon, à plusieurs, vous aurez peut-être plus d’idées que si vous étiez seule.

  • Créative/Manuelle. Optionnel aussi. Si vous comptez recruter du monde pour faire des ateliers DIY, vous pouvez vous entourer de personnes qui savent utiliser leurs mains et qui peuvent maîtriser les réalisations que vous souhaitez faire.

  • Positivité. Car je vous conseille de vous entourer de personnes qui vont vous motiver, faire preuve d’honnêteté tout en faisant des critiques constructives et vous tirer vers le haut plutôt que des personnes qui vont critiquer chaque aspect de votre travail et vous démoraliser.

  • Honnêteté. Oui, on peut vous faire des critiques mais celles-ci doivent être constructives pour vous aider à avancer. Et chacun doit prendre en compte l’avis du compte. Car après tout, cela reste votre mariage et votre avis doit primer sur le reste 😁.

Alors, qu’en pensez-vous ?

Quels sont vos conseils favoris pour choisir vos témoins et demoiselles d’honneur ?

Publié le Laisser un commentaire

Comment gérer un conflit avec ses invités ou ses prestataires ?

gérer un conflit
gérer un conflit

Comment gérer un conflit avec ses invités ou ses prestataires ?

S’il y a bien une chose que chaque future mariée redoute : c’est tous les conflits qui peuvent intervenir pendant les préparatifs de mariage voire pire, le Jour J.

Stressants, empoisonnants, ils font partie des innombrables couacs qui peuvent en une fraction de secondes transformer votre mariage de rêve en cauchemar.

Et parce que ce n’est jamais facile d’y faire face, voici donc quelques conseils pour vous aider à gérer un conflit au mieux avec vos invités et vos prestataires de mariage.

Quelles sont les sources de conflit lors de l'organisation d'un mariage ?

Sans pour autant vouloir paraître rabat-joie, je dirai que tous les éléments d’un mariage peuvent causer un conflit à un moment ou à un autre.

Que ce soit :

  • Le budget
  • La liste des invités
  • Les animations
  • Le lieu
  • Le repas
  • Etc…

Il y a aura toujours quelqu’un qui ne sera pas d’accord avec votre vision des choses. Et c’est normal ! Vous imaginez à quel point ce serait ennuyeux si tout le monde avait le même avis sur tout ?

Par contre, là où vous devriez commencer à vous inquiéter, c’est si votre interlocuteur se met à critiquer sans raison, veut imposer ses opinions pour une raison X ou Y… Bref, il vous fait comprendre que ce que vous faites, c’est nul et que ce serait tellement mieux si vous faisiez les choses à sa manière.

Et pour les prestataires alors ?

Bien entendu, vous n’êtes pas à l’abri d’un désaccord avec vos prestataires. Sensiblement pour les mêmes raisons que celles énoncées plus haut mais tout de même adaptées au travail que vous réalisez ensemble. Par exemple :

  • Il vous pousse à changer des choses que vous ne souhaitez pas modifier
  • Vous voulez choisir un tel élément et votre prestataire un autre
  • Au final, vous ne vous entendez pas aussi bien que vous le pensiez/souhaitez et cela empoisonne vos préparatifs

Cela dit, pour votre mariage mais aussi pour votre santé mentale, il reste important de crever l’abcès directement avec la personne concernée. Car plus vite vous arriverez à trouver une solution, plus vite vous pourrez vous remettre en selle et avancer.

Comment gérer un conflit avec ses prestataires de mariage ?

En cas de désaccord léger :

1. La communication reste la clé :

Avant de vous affoler et de tout de suite penser juridique et tribunal, il reste tout de même important d’engager la conversation avec votre prestataire.

Dans tous les cas, la communication reste la clé pour que votre collaboration se passe bien et gérer un conflit de la meilleure façon possible.

Lui comme vous n’êtes pas des magiciens. Vous ne pouvez pas deviner instantanément ce que l’autre pense.

C’est pour cela que lui comme vous devez vous dire les choses telles qu’elles sont pour permettre une meilleure compréhension du problème et vous aider à avancer.

2. Soyez ouverte aux alternatives :

Votre prestataire reste avant un professionnel du métier. Il sait ce qu’il fait, il a probablement déjà vécu une situation similaire et sera sans doute la meilleure personne pour vous proposer d’autres solutions. Voire même des solutions auxquelles vous n’auriez pas pensé 😉.

3. Soyez force de propositions :

Ce n’est pas parce que votre prestataire est un professionnel que cela doit vous empêcher de faire preuve de ressources !

N’hésitez donc pas à proposer vos idées si vous en avez. Il est possible que vous prestataire n’y ait pas pensé et finisse par trouver que c’est une bonne solution.

Dans ce cas-là, si cette solution vous est profitable à tous les deux, ce sera du gagnant-gagnant.

En cas de désaccord plus grave :

1. Relisez bien votre contrat :

J’ai déjà eu l’occasion de l’aborder, mais un contrat reste à la base de votre relation avec votre prestataire. Sans contrat, j’ai du mal à imaginer comment votre collaboration pourrait se dérouler dans de bonnes conditions.

Tout simplement parce dans ce document, vous trouverez tous les éléments qui vont vous permettre de fixer le cadre et les conditions de votre collaboration. À savoir le tarif, le moyen de paiement, le détail de la prestation, la présence le Jour J…

Et aussi tout ce que vous pouvez faire pour gérer un conflit avec votre prestataire, et la procédure à suivre.

Vous et votre prestataire gagnez tout à avoir dès le départ un contrat bien détaillé pour que vous puissiez éviter de perdre des heures à réfléchir à comment parce que ce n’était pas précisé dès le départ.

gérer un conflit

2. Privilégiez toujours une résolution à l’amiable :

Comme je vous le disais plus tôt, une communication saine, objective et pacifique est essentielle pour régler ce problème dans les meilleures conditions possibles.

Il va s’agir de discuter, faire valoir vos arguments tout en restant ouverte aux arguments de l’autre partie. Car si vous ne devez absolument pas tomber dans un piège, ce serait d’engager une discussion unilatérale, où vous ou votre partenaire ne prendrait absolument pas en compte la situation de l’autre. Dans ces cas-là, je vois mal comment la situation pourrait se débloquer… 😅

3. Voyez si vous pouvez bénéficier d’une aide juridique :

Si cette étape ne marche pas, que votre prestataire ne veut pas écouter vos arguments et qu’il ne semble pas ouvert à une résolution à l’amiable, il va falloir commencer à vous tourner tout doucement vers l’aide juridique d’autres personnes.

Et si vous avez déjà des boutons rien qu’à penser aux honoraires potentiels d’un avocat, rassurez-vous, il existe d’autres solutions avant d’en arriver là.

Ce que peu de personnes savent, c’est qu’il est probable que vous puissiez bénéficier d’une assistance juridique face à vos litiges du quotidien. Elle est en général inclue dans vos assurances, gratuite ou peu coûteuse, pour une durée plus ou moins limitée.

Cela peut être un bon départ si vous souhaitez bénéficier de l’aide de professionnels, en savoir plus sur vos possibilités pour gérer ce conflit sans vous ruiner dès le départ. Qui sait, vous obtiendrez peut-être la solution à vos problèmes ?

Voici les assurances qui peuvent inclure une assistance juridique :

  • Votre assurance habitation
  • Votre assurance de Carte Bleue
  • L’assurance de responsabilité civile

4. Contactez un médiateur :

Encore une fois, il s’agit d’une solution peu connue que ce soit par les particuliers ou même les professionnels.

En effet, depuis le 1er janvier 2016, tous les professionnels doivent permettre aux consommateurs/à leurs clients de pouvoir accéder gratuitement à un service de médiation à la conso dans le but d’aider à la résolution amiable d’un litige. Tel que défini dans l’article L.615-1 du Code de la Consommation.

Ils sont donc également dans l’obligation d’adhérer à un dispositif de médiation.

Qu’est-ce qu’un médiateur ?

Il s’agit d’une personne qui va intervenir en tant que tiers pour aider à résoudre à l’amiable un litige qui oppose un professionnel et un particulier.

Cela dit, il existe quelques règles à respecter avant de faire appel à un médiateur :

  • Vous avez un an pour faire appel à un médiateur à partir de la date où vous avez adressé une réclamation écrite à votre prestataire, telle que décrite dans le contrat.
  • S’il ne vous répond pas dans un délai de deux mois ou si vous n’arrivez pas à trouver un accord directement avec votre prestataire, vous pouvez saisir le médiateur pour qu’il prenne le relais.
  • Vous ne devez pas avoir saisi la justice avant.

Je vous mets le lien de ressources plus détaillées sur ce sujet si cela vous intéresse.

5. En derniers recours, portez l’affaire au tribunal :

Je vous conseille réellement d’opter pour cette solution en dernier recours car cela peut vite devenir une procédure longue et coûteuse si aucun accord n’est trouvé. 

Et si jamais vous deviez en arriver là, veillez à respecter les étapes qui sont soit inscrites dans le contrat. Ou suivre la démarche qui vous aura été donnée par un professionnel comme votre médiateur ou votre avocat.

6. Restez calme :

Car les émotions négatives ne vous aideront pas à régler cette situation. Pire, vous risquez sans doute de l’aggraver voire de dire/faire quelque chose qui dépassera votre pensée et que vous regretterez par la suite.

gérer un conflit

Comment gérer un conflit avec ses invités de mariage ?

1. Restez diplomate, calme :

Pour les raisons que nous venons d’évoquer ci-dessus 😀. La colère n’amène jamais rien de bon, et comme vous le savez peut-être, la colère amène la haine et la haine amène au côté obscur.

Et toutes ces petites choses qu’on peut être amené à regretter par la suite. Demandez au principal concerné par exemple.

2. Faites valoir vos arguments :

Tout comme pour vos conflits avec vos prestataires, il est très important que vous puissiez exprimer vos opinions et vos arguments à l’autre partie.

Car j’imagine que si vous souhaitez faire les choses d’une manière et pas autrement, ce n’est pas pour rien.

Il va falloir donc vous assurer que la personne en face de vous comprenne ce que vous avez à dire et que vos arguments sont légitimes.

Pour autant, cette phase ne doit pas être uniquement à sens unique. Vous avez des arguments certes, mais votre interlocuteur en a sans doute aussi.

À vous donc de vous montrer compréhensive, ouverte à la discussion, tout comme l’autre personne se doit de l’être également.

À cet effet vous pouvez également utiliser la technique du disque rayé, qui consiste à répéter votre refus, sans vous justifier jusqu’à ce que la personne comprenne.

3. Ne vous justifiez pendant des lustres :

C’est littéralement la pire chose que vous puissiez faire.

Vous avez le droit d’être égoïste. Vous avez le droit de faire les choses à votre façon. Même si cela ne correspond pas à la vision de tout le monde.

Tout simplement parce que :

  • C’est votre mariage. C’est vous qui allez vous marier. Donc personne d’autre à part vous et votre conjoint ne devriez prendre les décisions à votre place.
  • Il n’existe pas de Bible officielle du mariage qui reprend tout ce que vous devez faire pour que votre mariage soit considéré comme un vrai mariage. Et heureusement que cela n’existe pas d’ailleurs. Vous imaginez si tous les mariages du monde se déroulaient de la même manière ?

Bref, vous avez le droit d’expliquer pourquoi vous faites comme ça et pas autrement, mais sans avoir à vous sentir minable de ne pas favoriser son opinion. Au pire, le disque rayé est là pour vous servir !

4. N'hésitez pas à couper court si la discussion s'envenime :

Vous connaissez sans doute le risque de continuer une conversation alors que tous les signaux sont au rouge et que ça risque de péter : vous allez forcément finir par dire/faire quelque chose d’impardonnable/que vous ou la personne allez finir par regretter.

Mon conseil dans ces cas-là ? Terminez la conversation ici. Restez calme, et dites à votre interlocuteur « Écoute, je te comprends, mais là je sens que tu es énervé et je ne pense pas que nous puissions résoudre ce souci dans les meilleures conditions possibles. Si tu es d’accord, on va interrompre notre conversation ici, et nous la reprendrons plus tard à tête reposée. »

Dans la mesure du possible, évitez de vous montrer trop accusatrice et restez la plus neutre possible pour éviter une nouvelle hausse de colère.

Même si dans la plupart des cas, en voyant que vous ne vous énervez pas, cela devrait encourager l’autre personne à se calmer aussi.

5. Retirez cette personne de vos préparatifs :

Tout comme le tribunal pour les prestataires, je préconise cette solution uniquement en dernier recours, si vous n’arrivez pas à vous arranger autrement. 

Après tout, vous avez le droit de ne pas souhaiter vous entourer de personnes toxiques, ou qui considèrent votre relation à sens unique pour votre mariage.

Cela dit (et cela dépend de votre proximité avec la personne), c’est une décision très radicale et très violente qui serait même susceptible d’endommager pour de bon votre relation.

Mais je répète ce que je vous ai dit plus tôt : C’est votre mariage. C’est votre moment pour lequel vous allez travailler pendant des heures et pendant des mois. Vous avez le droit de vous entourer de personnes positives, qui vous soutiennent et vous tirent vers le haut avec des critiques constructives.

gérer un conflit

Le mot de la fin :

J’espère que cet article vous aura aidé à avoir une meilleure vision de ce que vous pouvez faire pour gérer un conflit et que vous saurez maintenant les aborder avec plus de sérénité.

Si vous avez des questions et/ou si vous avez besoin de conseils, n’hésitez pas à me laisser un commentaire ! Je serai ravie de vous répondre.

Et vous ?

Comment avez-vous ou comptez-vous gérer un conflit avec vos prestataires ou vos invités ? Dites-moi tout !

A la prochaine !

Aude