Publié le Laisser un commentaire

Comment personnaliser son mariage ?

maximiser les réponses
personnaliser son mariage

Comment personnaliser son mariage ?

Je répète souvent que vous devez organiser votre mariage de la façon dont vous le voulez. Qu’en tant que mariée, il est essentiel de personnaliser son mariage pour vraiment le rendre unique.
 
Mais au fond, qu’est-ce que ça veut vraiment dire : personnaliser son mariage ? Comment fait-on ? Je vous dévoile 5 astuces pour vous aider à vous approprier votre mariage à 100% pour qu’il soit le reflet total de vos envies et de votre personnalité.

1- Personnaliser son mariage avec une identité visuelle dédiée :

Une identité visuelle correspond à tous les éléments que vous allez pouvoir mettre en place pour transmettre une ambiance, un message en particulier.

Cela passe par des éléments divers comme le logo, des images, des couleurs ou des polices que vous utiliserez de partout.

Créer sa propre identité visuelle va vraiment vous permettre de personnaliser son mariage et d’avoir quelque chose d’unique, qui ne ressemblera à aucun autre.

Pour cela, vous avez plusieurs options :

  • Vous pouvez créer votre identité visuelle vous-même sur Canva, ou à partir de modèles à personnaliser que vous trouverez sur Creative Market.
  • Ou vous pouvez déléguer la création à un graphique, un. créateur/trice de papeterie. Cette option est intéressante si le professionnel choisi a les deux casquettes puisque vous pouvez également faire créer la papeterie par la même personne.

Pour un mariage vraiment personnalisé à 100%, vous pouvez également faire créer des enveloppes spéciales, ou même un sceau. Effet garanti !

2- Think outside the box :

Si vous voulez vraiment personnaliser votre mariage, vous ne devez pas avoir peur de faire vivre vos idées, même si ellescpeuvent paraître déjantées.

Comme vous le savez maintenant, il n’y a pas une seule façon d’imaginer, d’organiser un mariage.

Je peux notamment vous recommander de vous rendre sur des salons du mariage alternatifs. Ces salons ont l’avantage de permettre une plus grande liberté au niveau de leurs idées, des prestataires présents et pourront plus facilement vous inspirer si vous souhaitez quelque chose de différent.

Par exemple, le festival Pop Wedding à Toulouse se centre vraiment sur les mariages geeks, et vous donne plein d’inspirations si vous souhaitez orienter votre mariage dans cette veine-là. Et je ne vous dis pas ça parce que je participe à l’édition 2023 😁.

3- Appropriez vous chaque élément :

On a souvent dans l’idée que le mariage doit répondre à un certain nombre de codes. La robe blanche, la marche nuptiale, l’échange des alliances…

La vérité, c’est que vous pouvez choisir tout ce que vous voulez ! Si vous souhaitez vous marier en combinaison, en robe rouge, ou faire votre entrée dans la salle sur du métal, faites-le sans hésitation !

personnaliser son mariage

4- Personnaliser son mariage avec en organisant une cérémonie laïque :

Si vous ne pouvez pas passer outre la cérémonie civile, a cérémonie laïque a l’avantage d’être plus personnalisable que cette dernière ou même la cérémonie religieuse… Puisque vous la construisez vous-même de A à Z ! La durée, les discours, les musiques : vous choisissez tout !

Ce type de cérémonie vous intéresse ? Je vous renvoie vers l’épisode que nous avions tourné avec Cinzia & Paloma de Fresame Mucho. De vraies professionnelles de la cérémonie laïque !

5- Amenez de votre vie, de vos expériences dans votre mariage :

Que ce soit de votre histoire, vos voyages, vos passions… Pour moi, c’est la meilleure façon d’avoir un mariage personnalisé.

Envie d’organiser un mariage sur le thème de l’escalade ? Autour du Japon ? Si cela vous tient à cœur, je ne peux que vous encourager à le faire.

D’autant plus que c’est toujours plus intéressant pour les invités qui ont vraiment une fenêtre sur votre monde. La plupart ne demandent que ça !

Et vous ? Comment allez-vous personnaliser votre mariage ? Quelle astuce vous inspire-t-elle plus ?

A la semaine prochain pour un nouvel épisode !

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Devenir la reine de la productivité avec Cécile de Lady Liberté Coaching

productivité
productivité

Devenir la reine de la productivité avec Cécile de Lady Liberté Coaching

Ce n’est une surprise pour personne : je suis une fan d’organisation. J’adore découvrir, tester de nouvelles techniques afin de décupler mon organisation et donc, ma productivité. Une passion qui s’est renforcée depuis mon entrée dans le milieu du mariage 😁.

Mais je sais aussi que je ne suis pas une professionnelle dans ce domaine. C’est donc pour cela que je suis ravie d’accueillir Cécile aujourd’hui, coach en productivité, gestion du temps et mindset. Dans cet épisode, elle vous partage toutes ses petites astuces de pro (et d’ancienne future mariée) pour vous aider à décupler votre efficacité pendant vos préparatifs de mariage et ne plus jamais vous retrouver face à un manque de méthode ou d’organisation.

Hello Cécile ! Je suis ravie de t'avoir sur le podcast aujourd'hui. Pour commencer : est-ce que tu pourrais te présenter ?

Bonjour à tous ! Je m’appelle Cécile, je suis maman et entrepreneur.

Mon domaine d’expertise, c’est l’organisation. Mais pas l’organisation d’un point de vue classique. Plutôt d’un point de vue holistique.

Je suis coach en gestion du temps, et mumpreneur active depuis 18 mois. Je me suis spécialisée dans l’accompagnement des femmes car c’est un sujet que je connais bien et qui m’anime.

Qu'est-ce qui t'a amené à te spécialiser dans la gestion du temps, la productivité et le mindset ?

La première réponse qui me vient en tête, c’est le hasard. Avant de devenir entrepreneur, j’ai travaillé pendant 15 ans dans un domaine qui n’avait rien à voir avec l’organisation : le domaine financier.

Pendant ces 15 ans, j’ai développé des compétences pour mieux m’organiser, gérer mon temps et celui de mes collaborateurs. A la fin de ma carrière, j’étais manager d’une équipe de 4 personnes.

Je suis curieuse, j’adore lire. C’est en lisant des livres sur ces sujets et me formant par la suite que j’ai développé mes connaissances sur ce sujet.

J’ai fait un burn-out il y a 3 ans. Et j’étais dans l’incapacité de retourner travailler. Les valeurs que prônaient l’entreprise n’étaient plus alignées avec les miennes, et j’ai donc décidé de me lancer dans l’aventure entrepreneuriale.

Pourquoi l’organisation, la gestion du temps ou encore la productivité ? Tout simplement car on venait toujours me poser des questions dessus. Mes collègues, mes amies, ma famille… Tous me demandaient comment je faisais pour être sereine pour gérer mon quotidien de femme, de manager, de maman puis de cheffe d’entreprise. J’adorais partager toutes mes petites astuces, c’est ce qui m’a donné envie de le transmettre.

On voit souvent l’organisation comme un sujet de strict, structuré alors que c’est quelque chose de flexible et sympa à mettre en place.

Tu nous as dis que tu te spécialisais plus dans l'organisation holistique. Concrètement, qu'est-ce qui change par rapport à une organisation plus traditionnelle ?

Pour moi, je mets plus de féminin dans ce qui est très masculin. L’organisation, c’est beaucoup de structure, de méthode, et donc une énergie très masculine.

Là où mon approche est différente, c’est que je viens ajouter tout ce qu’on peut vivre en temps que femme au quotidien : les cycles menstruels, les cycles de saison, d’énergie… Des choses qui n’apparaissent pas dans la plupart des livres d’organisation, qui sont en majorité écrits par des hommes.

Alors, ces livres sont très bien écrits, j’en ai dévoré à la pelle. Mais je me suis rendue compte, notamment par mon expérience mais aussi en accompagnant mes clientes, que si on les suivait à la lettre, on peut perdre son énergie. On peut s’épuiser. Se perdre, et être organisée mais pas efficace. Car on ne prend pas en compte certaines valeurs ou certaines compétences que nous avons.

Mon rôle, c’est vraiment de placer l’humain avant la méthode.

Pourquoi, selon toi, les sujets de l'organisation, la productivité et la gestion de son temps sont importants au quotidien ?

Sans un minimum d’organisation, ça devient vite compliqué. La gestion de son temps, c’est avoir un minimum de structure, mais également de prendre du temps pour soi, ce qui a tendance à oublier.

Une bonne gestion de son temps nous permet d’ajouter de l’efficacité et de la sérénité. Ce qui est d’autant plus important dans notre société actuelle où tout va très vite, on passe vite à autre chose.

Attention, on peut très bien être organisée en suivant son intuition, vous n’êtes pas obligée de suivre des protocoles spécifiques.

Pour revenir sur le mariage, je me suis mariée en 2008. Avec mon mari, on avait pris la décision de tout organisé nous-même. J’avais un planning millimétré, le pauvre, je ne sais pas comment il a fait pour dire Oui. Mais avec le recul, je trouve que c’était trop cadré, qu’on s’est beaucoup mis la pression et que ce côté sérénité nous a vraiment manqué.

La petite anecdote, c’est que j’ai aidé une amie à organiser son mariage l’année dernière, et là, on était plus calme.

N’oubliez surtout pas que toutes les organisations ne se ressemblent pas. Deux personnes ne s’organisent pas u tout de la même façon, même dans un couple. Le plus important, c’est vraiment important de trouver l’organisation qui nous correspond. Mettre en place une organisation pour mettre en place une organisation, ça ne sert à rien. Il faut vraiment se mettre au centre de cette organisation.

Donc, si je devais vous donner un conseil, c’est de vous faire un petit planning. Planifiez votre mariage à 98%, et laissez 2% de place aux imprévus, car ça arrive aussi. Et chaque semaine, prévoyez vous un ou plusieurs blocs de temps, pour vraiment bosser à fond sur votre mariage.

Il y a beaucoup de couples qui organisent leur mariage en étant déjà parents. Qu'est-ce que tu pourrais leur conseiller pour allier les deux ?

Quand j’ai lu la question, il y a deux conseils qui me sont venus :

  • Inclure les enfants dans l’organisation. Je pense que la majorité le font, mais ça permet vraiment de garantir la solidarité et l’implication de tous dans le mariage. Même si c’est juste un enfant de 2 ans qui porte les alliances, c’est hyper touchant et ça le responsabilise. Récemment, j’ai assisté au mariage d’un couples d’amis qui n’avaient pas inclus leurs enfants dans leur mariage, et j’ai vraiment trouvé ça dommage. Il manquait vraiment quelque chose.
  • L’organisation d’un mariage, ça prend du temps. La charge mentale est énorme. Toute notre vie, en tant que femme, est tournée vers cet événement. Mon conseil serait d’alléger cette charge mentale en prenant du temps pour vous, souffler, et ne pas se laisser envahir par le stress du mariage.

Vous pouvez vous prévoir un week-end par mois où vous ne pensez pas au mariage. Cela vous permet vraiment de vous recentrer et d’éviter d’arriver épuisée, sur les rotules le Jour J.

C’est vraiment la première question que je ose en coaching. J’accompagne non seulement des mamans entrepreneurs mais aussi des mamans entrepreneurs et salariées. C’est systématique, je leur pose à chaque fois la question : « Quand prends-tu du temps pour toi ? ». C’est aussi pour ça que j’ai fait un burn-out, car j’ai vraiment oublié cette notion essentielle qui est de prendre du temps pour moi.

Peux-tu nous en dire plus sur les prestations que tu proposes pour aider tes clientes à booster leur productivité ?

Aujourd’hui, je propose surtout des coachings individuels. Et j’ai une offre d’audit en organisation et gestion du temps.

Aucun coaching ne se ressemble. C’est pour ça que j’adore mon métier, car je découvre de nouvelles choses à chaque fois.

Pour résumer, j’ai :

  • Une offre de coaching à la carte « Sérénité ». Ils permettent de te lancer dans l’aventure de ton choix, sans te brusquer. On peut axer sur un point de l’organisation, de la gestion du temps. Puis, on travaille sur les stratégies, les méthodes d’organisation, le mindset et un point de vue holistique. J’ouvre une dizaine de places par mois.
  • Un accompagnement personnalisé « Liberté » de 3 mois, pour permettre de mettre en place une organisation pour gagner du temps et retrouver du bien-être dans sa vie. Il y a un coaching d’une heure, 1h30 par semaine. Je prends 3 personnes par mois.
  • Mon audit « Clarté ». Il s’agit d’un bilan de l’organisation à un moment donné. C’est un échange, je dresse le plan d’action et la personne se débrouille après.

On n’arrive pas à me mettre dans des cases. Et c’est tant mieux, car je déteste ça. Je propose, et les gens disposent.

Je m’adapte beaucoup à la personne en face de moi. Je veux vraiment apporter le meilleur de moi-même et de mon énergie. Je ne suis pas le genre de personne à faire des coachings à la chaîne toute la journée de 9h à 21h, j’ai aussi besoin de me ressources.

productivité

Est-ce que tu utilises des outils spécifiques pour t'organiser au quotidien et booster ta productivité ?

J’ai testé un tas d’outils digitaux quand j’étais salariée et même en tant qu’entrepreneure. J’aime bien découvrir, tester jusqu’à trouver ce qui me correspond.

Je suis aussi très papiers, j’ai mille et uns cahiers, chacun sur un sujet spécifique. Un cahier podcast, un cahier journaling…

Pour la sphère professionnelle, j’utilise :

  • Notion. C’est mon vide-cerveau. Je gère vraiment tout avec Notion. Je m’en sers aussi pour ma vie de famille, pour préparer les repas, gérer ma comptabilité, la liste des fournitures de ma fille. Vous pouvez aussi faire des rétroplannings 😁.
  • Gmail.
  • Google Agenda pour planifier ses rendez-vous, ses blocs de temps ou accéder à d’autres agendas.
  • Canva pour la création de visuels.
  • Meta Business pour la programmation.
  • Toggl Track pour suivre mon temps, analyser sur quelle tâche je passe le plus de temps et l’optimiser. Quand je vois que je perds du temps à mettre en page une page, je me demande si cela ne serait pas plus intéressant de déléguer. Cela demande une petite discipline car il faut le connecter et l’éteindre à chaque tâche.
  • Forest pour ne pas être dérangée pendant que je travaille. Je le recommande toujours à mes clientes, qui l’adoptent à chaque fois.

Ce sont vraiment des outils de productivité. J’en ai vraiment peu, car pour moi, cela ne sert à rien de multiplier les outils. Autant en avoir peu mais être sûre de bien les utiliser que de se perdre avec une multitude de logiciels. Vous perdez plus de temps qu’autre chose.

Qu'est-ce qu'une semaine type pour toi ?

Ma semaine type, c’est une organisation qui va me permettre de ne pas finir sur les rotules. Efficace, productive tout en conservant mon énergie.

J’ai plusieurs semaines types car je travaille beaucoup avec mon cycle féminin. Je travaille majoritairement par blocs de temps.

Depuis septembre, je travaille du lundi au vendredi, et parfois le samedi matin pour mes sessions de formations.

  • Lundi : création de contenus le matin (Instagram, blog, newsletter, podcast) et temps de déconnexion l’après-midi.
  • Mardi & Jeudi : Mes journées de coaching. Maintenant, je fais même des sessions le soir pour les mamans qui ne peuvent pas pendant la journée.
  • Mercredi : Soit je suis avec ma fille, soit je traaille.
  • Vendredi : CEO Day, une journée consacrée à mon entreprise. Ma stratégie, mes objectifs, ma comptabilité.

En général, je commence vers 9h et je finis à 18h. Je ne fais pas une journée non-stop, je fais vraiment attention à ma productivité. Je sais que je suis plus productive entre 10h et 12h et après 15h30. Donc je fais attention à prévoir des tâches qui demandent le plus de concentration et de productivité sur ces créneaux. J’ai aussi des routines personnelles et professionnelles matin et soir.

Avoir une semaine type, ce n’est pas la respecter à 100%. Il y a des imprévus, donc c’est important de se laisser de la flexibilité.

Qu'est-ce que tu penses de méthodes type Pomodoro ou Getting Things Done ?

Ce sont vraiment des méthodes que j’ai testées et qui ont fait leurs preuves. Je les applique mais pas dans leur strict cadre.

Par exemple, Pomodoro, ce sont des sessions de travail de 25 minutes, à répéter 4 fois avec des pauses de 5-10 minutes entre les deux. Sauf que je n’y arrive pas. Mes sessions sont de 40 à 45 minutes, ce que les plus puristes ne comprennent pas.

C’est ce qui est bien avec ces méthodes. Elles nous fournissent un cadre, et c’est à nous de l’adapter comme on le souhaite, en fonction de son énergie.

En ce qui concerne GTD, je me suis rendue compte en préparent le podcast que je l’utilisais déjà pour la préparation de mes projets.

Quelle est l'action simple que tu peux conseiller aux futures mariées pour améliorer leur productivité ?

Mon conseil, c’est de se faire confiance. Notez tout, et planifiez tout. Même si c’est juste envoyer un courrier à tonton Alfred. Le fait de tout noter va vraiment vous aider à vider votre cerveau et ne rien oublier.

Faites une liste de tâches, et planifiez des blocs de temps. Et pour celles qui n’ont pas le temps, faites vous accompagner, même si c’est juste un coaching de 2 heures. Que ce soit créer un rétroplanning, exécuter un plan d’action, cela peut tout changer.

Il ne faut pas oublier que notre meilleur outil, c’est nous.

A propos de Cécile :

Je suis Cécile, coach consultante en organisation holistique et mumpreneur (très) active. Femme introvertie, je possède tout de même un caractère bien trempé et un cœur gros comme ça.

Ancienne salariée et maman d’une jeune demoiselle, j’ai appris à gérer mon temps et mes priorités pour profiter de chaque moment de vie.

Aujourd’hui, je suis devenue accompagnatrice en organisation et gestion. De ce fait, je marche aux côtés d’entrepreneurs et porteurs de projets pour les aider à trouver leur organisation rêvée. Ayant fait le choix, moi aussi, d’entrer dans l’entrepreneuriat, je sais à quel point cela demande une certaine rigueur. Nous nous retrouvons rapidement face à diverses difficultés organisationnelles : procrastination, éparpillement, manque de concentration, mauvaise estimation du temps, planning trop chargé, etc.

Ces obstacles viennent interférer dans notre sentiment de productivité. Vie privée et vie professionnelle s’entremêlent et se chevauchent. Résultat, nous nous sentons rapidement épuisées par une charge mentale qu’on a du mal à canaliser.

En créant Lady Liberté Coaching, je désire t’accompagner et te soutenir dans la mise en place d’une organisation personnalisée. En y réfléchissant à deux, nous allons te créer ta propre manière de gérer ton quotidien, celle qui te permettra de gagner en efficacité et de trouver ton propre rythme de productivité.

 
Retrouvez Cécile sur Instagram
 
Retrouvez Cécile sur LinkedIn
 
Retrouvez Cécile sur son site Internet
 
Abonnez-vous à la Lady Letter
 
Ecoutez dès maintenant Lady Liberté Podcast
 

Alors, qu’avez-vous pensé de cet épisode ?

Quelle est votre routine d’organisation pour votre mariage ?

Comment allez-vous appliquer tous les conseils de Cécile ? J’ai hâte d’avoir votre retour !

A vendredi prochain pour un tout nouvel épisode épisode !

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Utiliser l’hypnose pour vous accompagner dans vos préparatifs avec Laura Beauchamp

utiliser l'hypnose
utiliser l'hypnose

Utiliser l'hypnose pour vous accompagner dans vos préparatifs avec Laura Beauchamp

Si vous vous souvenez de l’épisode 16, vous savez qu’on a déjà parlé de bien-être sur le podcast. Et en prime, vous savez que j’adore ça.
 
Rebelote donc aujourd’hui MAIS, au lieu de parler de bien-être de façon générale, on va parler d’une pratique en particulier : l’hypnose. Et si vous pensez qu’on va parler d’hypnose type Messmer, détrompez-vous !
 
Aujourd’hui, j’ai le plaisr d’accueillir Laura, hypnothérapeute, qui a accepté de répondre à mes questions, et surtout : vous accompagner sur la façon dont vous pouvez intégrer l’hypnose pendant vos préparatifs de mariage.
 
Croyez-moi, vous allez adorer !

Hello Laura ! Je suis ravie de t'accueillir aujourd'hui. Pour commencer, pourrais-tu te présenter ?

Je m’appelle Laura, je suis hypnothérapeute depuis bientôt 5 ans.

Je pratique l’hypnose ericksonienne, thérapeutique, et je reçois autant dans mes cabinets à Paris et en Normandie qu’en ligne, sur divers sujets. La confiance, le stress, le sommeil…

A côté de ça, j’anime aussi des formations une fois par mois pour permettre une totale autonomie sur l’auto-hypnose. J’interviens également en entreprise.

Qu'est-ce qui t'a donné envie de devenir hypnothérapeute ?

Avant de me reconvertir, je ne me reconnaissais plus dans ce que je faisais. J’y allais à reculons, avec la fameuse boule au vente.

A l’époque, on ne parlait pas trop de burn-out mais je pense que j’en étais tout de même assez proche. Sur le papier, c’était un job que j’aimais mais ça s’est un peu délité. L’écart entre ce qu’on nous demandait de faire et la réalité était important, donc mes valeurs n’étaient plus du tout alignées.

Je travaillais dans les quartiers sensibles de Paris et je savais qu’à terme, je ne voulais plus faire ça. Mais pour faire quoi ? J’ai hésité entre caféologue, ébéniste… J’ai cherché, je voulais faire des choses plus concrètes que faire 3 heures de réunion et se demander si ça en valait vraiment la peine.

Puis un jour, j’ai discuté avec des cousins éloignés à Noel qui eux sont hypnothérapeutes. Cela a fait tilt dans ma tête, je me suis dis « Pourquoi pas » ?

Alors j’ai commencé à me former à l’auto-hypnose, j’ai adoré. J’ai ouvert une porte qui m’emmenait dans un tout autre monde. Par la suite, j’ai pris un an et demi pour me former à devenir hypnothérapeute et tout s’est enchaîné super vite.

Peux-tu nous définir qu'est-ce l'hypnothérapie ?

L’hypnothérapie, c’est une thérapie par le biais de l’hypnose. Quand je reçois pour la première fois, je prends bien le temps de leur expliquer les mécanismes et la façon dont ils ont leur rôle à jouer dans ce processus.

Ensuite, on va déterminer l’objectif précis, la raison pour laquelle ils sont venus, ce qu’ils veulent changer. Puis, on passe à la séance à proprement parler.

Lors de la séance, on est plus connectés à son inconscient. Ce qu’on appelle l’état hypnotique, ça veut dire qu’on reste conscient, on ne dort pas mais on a accès à son inconscient. C’est donc de l’hyperconscience car on a accès aux deux.

Il faut le voir vraiment comme un grand réservoir de ressources. Les qualités, les compétences, les atouts, la confiance en soi, la sérénité, le courage… L’un des présupposés de base de l’hypnose, c’est qu’on a toutes les ressources nécessaires en nous pour changer ce qu’on souhaite dans notre vie.

Oui, ça fait un peu Bisounours dit comme ça. Puisqu’on peut avoir cette sensation qu’il nous manque quelque chose pour avancer, alors qu’en réalité, ce quelque chose est bien caché, enfoui en nous.

Utiliser l'hypnose grâce à son inconscient :

L’idée, ça va être de se connecter à cet inconscient, faire ressortir cette ressource pour y avoir plus facilement accès.

L’inconscient a accès à tout. Nos souvenirs, nos expériences sont stockées là-dedans. Donc le but, ça ne va pas forcément de fouiller dans le passé mais d’aller réactiver ce qui nous manque.

Pendant la séance, je guide la personne pour que ce soit elle qui puisse trouver ses propres réponses. Je ne lui dis pas « Tu dois faire ça », mais je fais en sorte qu’elle puisse trouver d’elle-même ce qui lui manque.

L’état hypnotique, c’est vraiment un état naturel. On y plonge plusieurs fois par jour. C’est une sensation subtile d’être à la fois ici et ailleurs. Par exemple, quand on conduit et qu’on a l’impression d’avoir loupé un bout du chemin, d’avoir loupé certains gestes. Alors qu’on a bien tourné le volant, mis les vitesses… C’est juste notre inconscient qui prend le relais.

Certains vont dire « J’étais dans la lune », d’autres vont dire « J’ai bugué ». Chacun a sa petite phrase pour définir cette sensation alors que c’est juste notre inconscient qui enregistre tout ce qui se passe dans notre vie.

Et l'auto-hypnose ?

L’auto-hypnose, c’est se mettre soi-même, volontairement dans un état hypnotique pour venir travailler sur nous-même. Alors que quand on va voit un.e hypnothérapeute, on le fait avec un.e professionnelle.

C’est un outil de développement personnel, de bien-être. On peut faire les mêmes choses qu’avec une personne qui nous guide.

En bref, on peut s’en servir pour mieux apprendre à mieux se connaître, mieux comprendre ses pensées et ses propres schémas.

Est-ce qu'il y a d'autres différences entre ces deux pratiques ?

Les deux partent du même principe.

  • D’abord, on définit ses objectifs.
  • On fait des exercices pour glisser dans l’état hypnotique.
  • Puis, on travaille avec son inconscient avec différents protocoles.
  • Et enfin, on se réoriente en fonction des résultats.

La seule différence, c’est qu’en hypnothérapie, on le fait avec un professionnel. Alors qu’en auto-hypnose, on est à la fois l’hypnotisé et l’hypnotiseur.

Il y a également certains sujets sur lesquels je ne conseillerais pas de travailler en auto-hypnose. Par exemple, dans le cadre d’un trauma, je conseillerai toujours de se faire accompagner d’un professionnel.

utiliser l'hypnose

Justement, quels sont les domaines sur lesquels on peut utiliser l'hypnose ?

Du coup, c’est très vaste. C’est-à-dire qu’on peut autant travailler sur :

  • Le stress, l’anxiété.
  • La confiance en soi.
  • Les addictions.
  • Les troubles du sommeil, de la libido.
  • Prendre la parole en public.
  • Les problèmes de peau.
  • Prendre des décisions plus facilement.
  • Les phobies.
  • Retrouver un sens à sa vie, retrouver ce qui nous fait vibrer.
  • Etc.

Tu as également accompagné quelques futures mariées dans le cadre de leur mariage.

Exactement !

Dans ce cadre-là, c’était une dame que j’avais déjà eu en consultation il y a à peu près un an. Elle m’appelle quelques jours avant sont mariage, complètement paniqué. Elle m’a dit « Je me marie dans quelques jours, j’aimerais beaucoup faire une séance. Je sens que le stress monte, avec les aléas qui commencent déjà à arriver. Je sais qu’il y en aura d’autres donc j’aimerais vraiment pouvoir profiter de ma journée sans trop y penser. »

Donc, on a fait la séance deux jours avant son mariage. A priori, c’était mission réussie vu le message qu’elle m’a envoyé quelques jours après.

 

J'imagine qu'il est aussi possible d'utiliser l'hypnose dans ce cadre sur du plus long terme ?

Tout à fait ! Elle aurait très bien pu me contacter quelques mois avant quand elle était en train de choisir le vin, les petits fours à proposer à ses invités.

En fonction du degré de stress, cela peut être prévu en amont.

Il m’est également arrivé de faire des séances de groupe lors des enterrements de vie de jeune fille.

utiliser l'hypnose

A quel type de personne tu conseillerais d'utiliser l'hypnose ?

Pour moi, ces deux pratiques sont faites pour tout le monde. Il n’y a pas une personne où je me dis qu’une pratique irait mieux qu’une autre.

La seule contre-indication, c’est si la personne a des troubles bipolaires, du comportement, car il y a déjà une dissociation de la personnalité. Autrement, vous pouvez y aller.

Tout le monde est réceptif à l’hypnose thérapeutique. Contrairement à l’hypnose de spectacle où seulement 10 à 20% de la population est réceptive.

Je le proposerai à toutes les personnes qui ont envie d’aller mieux. Puisque c’est notre inconscient qui travaille, à trouver les meilleures solutions pour nous, c’est d’autant de garanties qu’elles vont rester dans le temps. C’est d’autant plus valorisant car c’est uniquement grâce à vous si vous atteignez vos objectifs.

Après, je reçois plein de gens qui sont dubitatifs, qui ont un peu été forcés par leurs proches à venir. Déjà, je leur dis qu’ils libres de partir s’ils le souhaitent , je les rassure quant à leurs peurs. Et à la fin de la séance, ils se rendent compte qu’il n’y avait pas du tout à avoir peur.

Même aux personnes les plus réticentes, je vous invite à sortir de votre zone de confort et à tester.

Concernant l'auto-hypnose, est-ce que tu dirais que c'est une pratique facile à apprendre ?

Oui, carrément ! A partir du moment où on a les bonnes techniques, ça devient naturel.

Aujourd’hui, pour faire des séances, cela peut me prendre moins de 5 minutes. Et lors des formations que je donne d’une journée, on alterne entre la théorie et la pratique pour qu’à la fin, les participants soient autonomes de A à Z et puissent faire leurs propres séances.

Je sais, au début, on a un peu de mal à y croire. Au final, c’est assez protocolaire, terre-à-terre, ce n’est pas de la magie. A partir du moment où on respecte les étapes, ça devient fluide.

Evidemment, il faut pratiquer après, c’est comme tout.

Tu pratiques beaucoup l'hypnose au quotidien ?

Je pratique régulièrement l’auto-hypnose et je me fais également accompagner par des hypnothérapeutes quand j’ai besoin de travailler sur quelque chose.

Ce n’est pas parce que je suis thérapeute que je n’ai pas de soucis, donc c’est important pour moi de travailler régulièrement sur moi-même.

Pourrais-tu conseiller d'autres pratiques qui ont les mêmes buts/finalités qu'utiliser l'hypnose ?

Il y a plein d’autres choses. Cela peut être de la méditation, du yoga, de la sophrologie, de l’acupuncture… Il y a plein d’autres choses qui peuvent vous aider sur ces sujets.

Je sais qu’en ce moment, le yoga est très à la mode et peut-être que ça va vous aider. Ou peut-être que vous vous sentirez mieux après avoir fait du tricot. De la cuisine. Aller vous balader.

Il faut faire attention à ce que la société nous promeut et se centrer sur ce qu’on veut soit Si le yoga ou la méditation vous fait ni chaud ni froid, il n’y a aucun problème avec ça. Le plus important va vraiment être de vous écouter, essayer pour pouvoir trouver ce qui vous fait du bien, ce qui vous fait avancer. Forcément, quand on trouve ce qui nous plaît et qu’on progresse, ça booste notre confiance en nous.

J'ai vu que tu as fait un post sur les rituels de pleine lune. Peux-tu nous expliquer ce que c'est ?

Comme son nom l’indique, un rituel de pleine lune est un rituel qu’on fait pendant la pleine lune. Mais vous pouvez le faire à un autre moment.

J’ai mis ça en place il y a quelques années. C’est tout simplement un temps que je prends pour moi un rendez-vous avec moi-même. Où je me fais une séance d’auto-hypnose couplée avec de l’écriture, une séance de yoga avec de la méditation.

Mais peut-être que vous, ce sera juste prendre un bain et écouter de la musique. Le plus important, ça reste quand même de poser des intentions. Dans certaines croyances, la pleine lune, c’est le moment pour se libérer de ce qui nous encombre et faire le tri.

J’essaye de bosser dessus, soit en méditation, en auto-hypnose. Puis, d’un mois à l’autre, je constate ce qui a changé, évolué depuis que j’ai posé ces intentions.

Donc j’ai créé un petit rituel que je propose, qui consiste en une séance d’hypnothérapie avec un temps d’écriture, à faire à la fréquence que vous voulez. Même si vous pouvez mettre que ce vous voulez dans ce rituel.

Ce n’est pas grave si vous croyez au pouvoir de la pleine lune ou non. Le plus important, c’est de s’accorder ce petit temps pour oi, pour prendr soin de soi. Ce qui peut être d’autant plus important quand on organise un mariage par exemple.

Quel conseil donnerais tu à toute personne qui a envie d'utiliser l'hypnose ? Que ce soit pour son mariage ou même ailleurs ?

Je vous conseille de trouver la personne en qui vous allez avoir confiance, avec qui vous allez vous sentir bien.

Il y a autant de façons d’utiliser l’hypnose qu’il y a de thérapeutes. Donc, je vous invite à voir son site Internet, les avis Google, passer un coup de fil pour voir si vous avez déjà le feeling.

Si c’est le cas, c’est génial. Si non, changez. Cela ne veut pas dire que cette personne est mauvaise, juste que l’alliance thérapeutique ne marche pas.

Dites vous que ça reste un cadeau que vous vous faites à vous-même et gardez votre libre arbitre. Si la personne vous dit quelque chose qui ne vous plaît pas, libre à vous d’en tenir ompte ou non.

A propos de Laura :

Laura Beauchamp est Hypnothérapeute, elle a cœur de vous accompagner vers un mieux-être grâce à l’Hypnose. Laura reçoit en séance individuelle (à Paris, en Normandie ou en visio) et elle propose également des formations pour apprendre l’Auto-Hypnose. 
Parmi les différentes thématiques pouvant être abordées en Hypnothéapie, il y a le stress, les insomnies, la difficulté à prendre des décisions, les émotions en pagaille … autant de problématiques pouvant toucher les futurs marié.es 😉 !
 
Retrouvez Laura sur son site Internet 
 
Retrouvez Laura sur sa page Facebook 
 
Retrouvez Laura sur son Instagram
 

Alors, qu’avez-vous pensé de cet épisode ?

Allez-vous tester d’utiliser l’hypnose pour vous aider pour votre mariage ? J’ai hâte d’avoir votre retour !

A bientôt pour un prochain épisode !

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Wedding Booster : 7 mois après, on fait le bilan avec Justine d’Azana Weddings

wedding booster
wedding booster

Wedding Booster : 7 mois après, on fait le bilan avec Justine d’Azana Weddings

Quand on est entrepreneur, on aime bien dire que nos projets sont nos bébés. Et même si je ne suis pas mère, je peux comprendre la métaphore.
 
On se donne tellement à fond, on fait tout pour que notre projet réussisse, on l’aide à évoluer. Et on est tellement heureuses de le voir changer la vie des personnes que nous accompagnons 😁.
 
Wedding Booster ne fait pas exception. Lancé il y a plus de 7 mois, Justine et moi (les deux mamans de ce projet 😅) avions un objectif : aider les futures mariées à simplifier l’organisation de leur mariage, dire adieu au stress, et kiffer cette période comme jamais.
 
7 mois après, qu’en est-il ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet épisode. Avec Justine, nous vous plongeons dans les coulisses de Wedding Booster, de sa conception à son lancement en passant par son évolution.
 
On espère que cela vous plaira ! 

Hello Justine ! Merci beaucoup d'avoir accepté mon invitation pour cet épisode un peu particulier. Peux-tu te présenter ?

Bonjour à tous, je suis Justine. Je suis à la fois photographe de mariage dans le Jura depuis 2016 ainsi que graphiste

Peux-tu me dire comment t'es venue l'idée de ce template ?

Je suis en contact régulièrement avec des futurs mariés. Et je suis également une fondue d’organisation surtout dans ma vie pro. 

Au fil du temps, je me suis rendue compte que l’organisation d’un mariage pouvait être très compliquée, très longue. Il y a beaucoup de choses auxquelles penser.

J’ai pensé que ce serait top de créer un outil pour les futurs mariés afin de les aider à mieux appréhender cette période de leur vie.

Je t’avais ensuite demandé des conseils car n’étant pas wedding planner, il y a plein de choses que je ne savais pas de l’organisation d’un mariage. A l’époque, j’avais commencé à noter sur Notion toutes mes idées, ce qu’il fallait penser quand on organise un mariage, les prestataires… Donc ça me paraissait naturel et intelligent de demander conseil à une wedding planner pour pouvoir bien pousser les choses et aller plus loin.

C’est là que tu m’as dis que tu avais eu à peu près la même idée. Alors pour éviter de refaire deux fois le même support, et perdre deux fois plus de temps, on a logiquement choisi de s’associer pour fonder « Wedding Booster ».

Tu parlais que Wedding Booster a été créé sur Notion. Peux-tu présenter l'outil ?

Notion est un outil dont je suis tombée amoureuse fin de l’année dernière après avoir suivi la formation de Julia & Julie d’I don’t think i feel.

Au début, j’ai ouvert l’outil et je ne comprenais rien, je ne savais pas comment m’en servir. Donc une formation était obligatoire pour pouvoir me l’approprier. Surtout que Notion était en anglais à ce moment-là donc ça ne facilitait pas les choses.

Depuis, Notion est devenu mon deuxième cerveau, mon assistant personnel dans ma vie d’entrepreneuse.

Notion est un outil de gestion et d’organisation dans lequel on peut faire autant des pages de notes, des bases de données, des tableaux kanban… Puis de tout relier entre eux et presque tout automatiser.

C’est rassurant de savoir que j’ai à la fois mon agenda, mon carnet d’adresses, mon planning. J’ai re groupé plusieurs outils que j’utilisais en un seul.

On peut également le personnaliser comme on le souhaite. Si bien que si on prend deux entrepreneurs qui font la même chose, leur espace Notion ne sera pas du tout pareil car chacun l’agence comme il le souhaite.

C’est là que ça devient intéressant pour Wedding Booster car ça nous permet de créer un mini-logiciel au sein d’un logiciel plus gros. Et de l’agencer de façon simple et intuitive, en reliant des bases de données et d’automatiser les calculs.

Mais ne vous inquiétez pas si vous ne connaissez pas Notion : nous vous avons créé une mini-formation pour vous apprendre à l’utiliser de la meilleure façon possible.

Comment tu as vécu la répartition des tâches entre nous ?

Très bien ! Comme je l’ai dis, j’avais déjà quelques idées pour l’outil en plus de la connaissance de Notion. Tu es venue rajouter tes idées, des choses auxquelles je n’avais pas pensé pour vraiment construire l’outil le plus complet possible.

Une fois tout ça en main, j’ai travaillé sur l’agencement pour rendre Wedding Booster le plus simple possible. Car le but, c’est quand même de simplifier l’organisation du mariage, pas de la compliquer.

Comment est-ce que tu as vécu de travailler sur un tel projet en duo et pas seule ?

Finalement, moi qui suis assez solo et qui ait du mal à déléguer, je n’ai pas eu de mal.

Déjà, on était deux, donc c’était plus simple que si on était 10.

Et puis, on apportait chacune quelque chose de différent et de complémentaire au projet. Toi tu avais la partie sur l’organisation d’un mariage et moi la partie sur la création sur Notion.

Cela m’a aussi permis d’être plus sereine car je travaillais à côté sur une formation d’une autre envergure. De fait, j’ai pu avoir une première expérience du monde du produit digital, la création d’un produit, d’un lancement sans être toute seule à tout gérer.

Enfin, comment tu as vécu le 14 février, date de lancement de Wedding Booster ?

Très bien aussi. En général, j’ai tendance à ne pas mettre la barre trop haut, à ne pas me stresser au cas où ça fasse un flop. Puisque ça arrive.

Evidemment, il y avait la petite montée d’adrénaline parce que j’étais excitée de montrer ce que nous avions fait à tout le monde. Mais je n’avais pas le gros stress de se dire « Mais si ça ne se vend pas, comment je vais faire ? ».

Le but, c’était aussi d’avoir une première expérience. Et si les résultats n’étaient pas à la hauteur, prendre du recul pour comprendre pourquoi ça n’a pas marché et comment faire pour que ça ne se reproduise pas. Peut-être que ce n’était pas le bon moment, peut-être que c’était trop nouveau, qu’on n’a pas assez bien expliqué… Cela peut tout aussi bien flopper au moment de la sortie et cartonner un mois après. Il y a plein de facteurs qui peuvent l’expliquer. Pour le coup, c’est assez imprévisible.

Qu'est-ce que ça t'a apporté de travailler sur Wedding Booster ?

C’est une très bonne question ! Déjà, c’était une première expérience de travailler à deux sur un projet. Mais aussi de créer et lancer un produit digital.

Mon ressenti tourne autour de l’expérience, l’enrichissement et la nouveauté. Comme je suis assez curieuse, ça m’a apporté du plus.

wedding booster

Avec le recul, est-ce qu'il y a des choses que tu ferais différemment ?

Prendre plus de temps. Je pense qu’on était l’une comme l’autre assez excitées de lancer Wedding Booster.

On s’est dit « le 14 février arrive, c’est une super occasion, on se met dessus ». Avec le recul, je me dis que ce n’était pas forcément nécessaire de se caler sur une date juste parce que ça a un rapport avec le couple.

Donc, prendre plus le temps de communiquer avant sur ce qui allait sortir. Surtout, d’être constante sur la communication après et en parler beaucoup plus fréquemment.

Cela dit, on a certes créé ce projet ensemble mais on avait aussi nos vies à côté. Nos entreprises, l’école et le salariat pour toi. Donc prendre le temps aurait été pas mal pour mieux s’organiser sur la communication et en fonction de nos projets à-côté.

C’est là où l’expérience est intéressante car avec le recul, on s’interroge sur ce qu’on aurait pu faire différemment.

Quel est le bilan actuel de Wedding Booster ?

Pour être honnête, il n’y a pas eu des millions de ventes. Il y en a eu quelques-unes, qui ont été plutôt positives.

Dans le sens où les mariés ont apprécié l’initiative, ont trouvé que c’était une bonne idée. Les premiers retours qu’ils ont pu nous faire ont été riches pour nous puisqu’ils nous ont donné des pistes pour la V2 de Wedding Booster. Avec des idées réalisables, d’autres moins par exemple.

De toute façon, la V2 sera nécessaire. Notion a apporté beaucoup de mises à jour, l’interface a énormément évolué. D’autant plus que maintenant, Notion est disponible en français ce qui rend son utilisation encore plus simple.

J’ai donc bien envie de refondre l’interface d’ici la fin de l’année.

As-tu un conseil à toutes les personnes qui pourraient être amenées à collaborer avec d'autres personnes sur un projet (ex : un mariage) ?

Le terme qui me vient, c’est la communication. Et ça, ça vaut pour tout type de projet.

S’il y a une question, ne pas hésiter à la poser, même si on trouve la question idiote. Cela peut vite dégénérer si ce n’est pas fait. Bien entendu, ça marche dans les deux sens.

C’est là que Wedding Booster est aussi intéressant car il y a la possibilité de partager tout l’outil ou juste une page à des personnes en particulier. Très utile si on a un rendez-vous, communiquer des infos à sa moitié, communiquer sous forme de chat puisque vous pouvez utiliser Wedding Booster hors connexion une fois la page chargée.

Je rajouterai également de prendre son temps, ne pas se presser. Faire attention à bien anticiper surtout sur l’organisation d’un projet aussi gros, et donc d’autant de risques de retards ou d’imprévus.

Merci beaucoup Justine pour ton intervention sur le podcast !

A propos de Justine :

Justine est photographe et graphiste dans le Jura. Dans le cadre de ce podcast, elle intervient avec sa casquette de photographe auprès des particuliers. Chasseuse d’émotions, elle accompagne les couples heureux et amoureux afin de retranscrire les moments magiques de leur vie (mariage, grossesse, amour …) au travers des reportages photographiques.
 
 
Retrouvez Justine sur son site Internet  
 
Retrouvez Justine sur son Instagram  
 
Retrouvez Justine sur sa page Facebook 
 
 
Ressources mentionnées :
 
Procurez-vous Wedding Booster ici
 
Inscrivez-vous à la newsletter gratuite de Wedding Booster ici

Alors, convaincue de passer à l’action grâce à Wedding Booster ?

A bientôt pour un prochain épisode !

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Quel jour/mois choisir pour se marier ?

jour/mois choisir
jour/mois choisir

Quel jour/mois choisir pour se marier ?

En général, l’une des premières étapes pour organiser son mariage reste de choisir une date. Une date cruciale puisque c’est celle dont on se souviendra toute ntre vie en pensant à notre mariage.
 
Le but de cet épisode n’est pas (encore) de vous dérouler tout le processus à suivre pour bien choisir la date de votre mariage. Plutôt, je voulais vous livrer mon opinion sur les meilleurs moments de l’année/de la semaine, pour que vous puissiez déjà avoir une vue d’ensemble des possibilités qui s’offrent à vous.
 
En fonction des réactions que vous aurez face à cet épisode, vous en saurez déjà plus sur quel jour/mois choisir pour votre mariage 😁.

I- Quel jour choisir pour son mariage ?

Quel jour/mois choisir : Semaine ou week-end ?

Vous n’êtes pas sans le savoir, le samedi, c’est le jour classique du mariage. Parce cette date possède plein d’avantages.

  • C’est le week-end. Donc les enfants n’ont pas école, et beaucoup d’adultes ne travaillent pas. Vos invités peuvent faire le déplacement plus facilement.
  • Vous pouvez utiliser le dimanche soir pour étendre les festivités avec un brunch. Ou en profiter pour faire le trajet retour, vous reposer.

Évidemment, beaucoup de couples choisissent de se marier un samedi. Ce qui peut être un inconvénient. Car qui dit beaucoup de mariages le samedi à la même date dit concurrence non seulement sur l’heure mais aussi pour les prestataires.

Sans oublier que les mairies et églises sont parfois obligés d’enchaîner les mariages. Donc vous aurez moins de temps pour faire quelques photos et discuter avant de laisser la place au prochain mariage.

À noter qu’il est possible d’organiser un mariage le dimanche mais vous devez avoir l’accord des personnes correspondantes. Cela reste un évènement exceptionnel.

Quel moment de la semaine choisir pour se marier ?

Grâce/à cause du COVID, de plus en plus de couples choisissent de se marier en semaine.

Quant au choix de la date, c’est un peu compliqué de vous donner un conseil précis. Car cela va surtout dépendre de vous et des prestataires que vous allez choisir.

Le mercredi peut être la date idéale. C’est le milieu de la semaine, la journée des enfants. Les prestataires peuvent se reposer avant et après entre leurs mariages du week-end.

Cela dit, vous pouvez aussi tomber sur des personnes qui ne prennent pas de mariage en semaine.

Il n’y a aucune règle définie, chacun fait comme il veut.

Cependant, quelque soit le jour de la semaine, cela peut poser problème pour le déplacement. À priori, il n’y a pas de jour après pour faire le trajet retour, donc cela nécessite plus d’organisation.

Une solution serait aussi d’organiser votre mariage en petit comité, avec les personnes qui vivent proches de chez vous.

Cela peut être aussi plus simple de se marier en semaine pendant les vacances scolaires.

Mais encore une fois, tout est une question d’organisation. Si vous prévenez suffisamment en avance pour que tout le monde puisse s’organiser, vous ne devriez pas avoir de problème.

Le cas des week-ends de 3 jours :

Pour moi, cela peut être une fausse bonne idée. Plus de couples sont susceptibles de choisir ces weekends justement pour la journée supplémentaire de fête ou de repos.

Sans oublier que vos invités peuvent également partir et profiter de ces quelques jours de vacances qui n’en sont pas.

Mais il est tout à fait possible d’organiser votre mariage à ce moment-là.

Gardez bien en tête que tout ce que je vous dis sont uniquement des suppositions, et en aucun cas des faits avérés . Vous êtes totalement libres de faire ce que vous voulez.

II- Quel mois/saison choisir pour son mariage ?

1- Quel jour/mois choisir pour se marier au printemps ?

Commençons cette sélection avec le printemps. Le retour des beaux jours amène-t-il la saison idéale pour votre mariage ? C’est ce que nous allons voir !

Quelques avantages :

  • C’est le beau temps qui s’installe après le froid de l’hiver.
  • Les couleurs sont magnifiques ! Belles, colorées et éclatantes. Si vous voulez un mariage coloré, c’est le moment !
  • Le printemps, c’est la saison de l’amour par excellence 😉.

Quelques inconvénients :

  • Vous êtes tout de même susceptible d’avoir un mauvais temps (n’est-ce pas les giboulées de Mars ?). Cela dit, c’est un risque inhérent à chaque saison. Ce n’est pas parce que vous vous mariez en été que vous êtes moins à l’abri d’un orage qu’au printemps.
  • À part ça, je n’ai pas trouvé d’autres inconvénients 😅.

Mon conseil :

Pour moi, le mois d’avril est l’un des meilleurs choix.

Mai est un choix risqué à cause des jours fériés. Mais c’est aussi à ce moment-là que les prix des prestataires augmentent.

Se marier juste avant permet de bénéficier d’un beau temps et de tarifs bas.

Un exemple ? Mon premier mariage de 2023 a lieu le week-end du 29 avril. Donc pendant le week-end de trois jours 😁. Et les tarifs du lieu qu’ils ont choisi augmentent… le 1er mai 😅.

2- L’Eté - La saison idéale pour se marier ? :

Aaaaah l’été. La saison des mariages par excellence. Mais est-ce pour autant la meilleure option ?

Pourquoi se marier en été ?

  • C’est les vacances ! Vous aurez potentiellement plus de facilités pour réunir tout le monde.
  • Le beau temps, la chaleur est au rendez-vous 😁.

Pourquoi ne pas se marier en été ?

  • 60% des couples se marient en été, particulièrement en juillet-août. Les dates sont donc bookées plus rapidement.
  • Certes, il fait beau. Mais vous devez parfois aussi gérer la canicule. Comme c’était le cas lors de l’été 2022 par exemple.
  • Qui dit vacances dit que vos invités peuvent également partir et ne pas pouvoir se rendre à votre mariage. Bien qu’avec de l’avance, ce problème n’en sera pas un !
  • Évidemment, les mariages sont beaucoup plus cher lors de cette saison.

Ma recommandation :

Le mois de juin reste une bonne option. C’est le début de la saison mais ce n’est pas le rush complet comme en juillet ou août.

Ou alors en septembre. La pression redescend, c’est la rentrée. Même si pour beaucoup, la saison s’étend jusqu’à début octobre.

3- Quel jour/mois choisir pour se marier ? - Choisir de se marier en automne :

On arrive à l’une de mes saisons préférées avec l’automne ! Va-t-elle devenir la saison de votre mariage ?

Les avantages :

  • Les prix, bien plus abordables qu’en haute saison.
  • Les couleurs qui sont juste incroyables 😍. C’est la raison principale pour laquelle j’aime l’automne.

Les inconvénients :

  • Le temps est un peu plus imprévisible, surtout au niveau de la pluie. Les plans B sont de rigueur !
  • Les journées sont de plus en plus courtes. Attention donc aux activités, et aux photos à l’extérieur.

PS : Si vous pouvez profiter de la golden hour pour faire vos photos, sautez sur l’occasion ! Le résultat sera à la hauteur.

  • Les fleurs moins colorées que le reste de l’année. Je me suis dis que ça méritait d’être précisé si les fleurs de cette saison ne sont pas votre type.

Mes recommandations :

Je viserai un mariage fin octobre/début novembre pour vraiment profiter des meilleures couleurs de l’automne. On est également à mi-chemin de l’hiver, donc vous pouvez instaurer une ambiance cocooning à souhait !

jour/mois choisir

4- Quel jour/mois choisir pour se marier ? Choisir de se marier en hiver :

Il fait froid. Il fait pas beau. C’est déprimant. L’hiver est sans doute la saison la moins choisie pour se marier.

Mais comme tout élément mal vu, l’hiver a plus d’un tour dans son sac pour vous permettre d’organiser un mariage aussi féerique que le reste de l’année.

Quels sont les avantages ? :

  • L’atmosphère hivernale qui est juste incroyable, magique. Je vous renvoie à notre shooting d’hiver si vous ne me croyez pas.
  • C’est la saison parfaite pour un mariage hygge et cocooning !
  • Les prix sont les moins chers lors de cette période-là.

Quels sont les inconvénients ? :

  • La météo est bien plus rude que le reste de l’année. À vous d’anticiper les pulls, plaids et chocolats chauds ?
  • Vous pourriez avoir des difficultés à vous déplacer s’il neige le jour de votre mariage. Même si les photos sont juste magnifiques. Cela dit, la neige se fait quand même plutôt rare ces dernières années.

Mais autant l’anticiper lors du choix de votre lieu par exemple.

  • La lumière n’est pas toujours au top, sans oublier qu’il fait nuit très tôt. Je me souviens que la photographe de notre shooting d’hiver avait parfois du mal à prendre des photos à cause de ça.
  • Ce sont les fêtes de fin d’année, et le mariage peut représenter une dépense supplémentaire face à tout ce qui est déjà prévu lors de cette période. Bien que se marier lors des fêtes peut renforcer leur magie 😁.

Mes conseils :

Je ne recommande pas le mois de décembre à cause des fêtes. Ou alors, le début du mois avant de vraiment rentrer dans le rush.

Si vous voulez vraiment profiter d’une atmosphère hivernale à fond, janvier ou février restent les meilleurs choix. Ou si vous souhaitez un temps plus doux, vous pouvez organiser votre mariage en mars, vers le début du printemps.

Au final, mon seul et unique conseil reste que je vous conseille de faire ce que vous voulez. Choisissez la date qui vous correspond en fonction de vous, vos préférences. Cette date peut potentiellement être compliquée pour vos invités ? Prévenez-les suffisamment à l’avance pour qu’ils puissent s’organiser de leur côté.

Il n’y a pas de secrets pour que ça fonctionne 😉.

jour/mois choisir

Et vous ? Quel jour/mois choisir allez-vous choisir pour votre mariage ?

A la semaine prochain pour un nouvel épisode !

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Etre en phase avec son cycle menstruel pour son mariage avec Kanèle de Dana Bien-être menstruel

cycle menstruel pour son mariage
cycle menstruel pour son mariage

Etre en phase avec son cycle menstruel pour son mariage avec Kanèle de Dana Bien-être menstruel

Les femmes sont des guerrières. Ok, ce n’est pas très objectif, mais ça n’en reste pas moins vrai.

Même si je ne dénigre absolument pas nos amis de sexe masculin, je constate juste que nous supportons énormément de choses au quotidien. La pression du cycle menstruel en fait partie.

En quoi ça a un rapport avec le mariage me demanderez vous ? Parce qu’un cycle menstruel est constitué de plusieurs phases. Et chacune d’entre elles peut vous aider pour l’organisation de votre mariage.

Comment ? Je laisse le micro à Kanèle, experte en productivité féminine, qui vous amène à la découverte de tous les secrets de votre cycle et comment une femme peut gérer son cycle menstruel pour son mariage.

Hello Kanèle ! Je suis ravie de te recevoir sur le podcast. Pour commencer, pourrais-tu te présenter ?

Bonjour à tous, je suis Kanèle. Je suis diététicienne nutritionniste spécialisée dans le bien-être menstruel et la productivité féminine.

J’aide les femmes à se libérer de leurs douleurs pendant leur cycle menstruel. Aussi, je les accompagne pour qu’elles soient plus en phase avec leur cycle, pour qu’elles soient plus productives.

Qu'est-ce qui t'a donné envie de te spécialiser dans ces sujets-là ?

Quand je me suis mise à mon compte il y a un an et demi, je me suis rendue compte que je vivais plus ou moins bien mon cycle car j’avais une alimentation assez cadrée. Mais qu’autour de moi, beaucoup d’entrepreneuses avaient du mal sur ce sujet.

Je me souviens d’un reel en particulier qui montrait comment cela se passait quand elle avait ses règles. C’est à ce moment-là que j’ai vraiment réalisé que je pouvais vraiment aider d’autres personnes avec mes connaissances, au lieu de parler de perte de poids comme beaucoup d’autres diététiciennes le font.

Peux-tu nous définir en quelques mots ce qu'est la productivité féminine ? En quoi est-ce important dans la vie d'une femme ?

La productivité féminine, c’est tout simplement le fait d’analyser son cycle, le comprendre pour pouvoir mieux s’en servir au quotidien, atteindre ses objectifs et mieux vivre sa vie.

On a souvent tendance à le considérer comme un fardeau. Alors que si on utilise les bons outils, on peut très bien le vivre et en tirer un bénéfice. Car on a un tel potentiel mais on ne s’en rend pas forcément compte.

Quand est-ce que tu as réalisé l'impact l'impact de ton cycle menstruel sur ton quotidien ?

Je l’ai vraiment réalisé quand je me suis mise à mon compte et que j’ai réalisé qu’il y avait des moments où j’étais ultra créative, j’avais 1 500 idées à la minute. Et d’autres où j’étais hors-service, il ne fallait rien me demander.

Donc j’ai commencé à noter les dates, à les comparer à mon cycle. Puis j’ai constaté que les dates concordaient entre elles. J’ai commencé à approfondir mes recherches, lire beaucoup sur le sujet.

C’est aussi là que j’ai réalisé que chaque cycle est différent. Ce n’est pas parce que les choses se déroulent d’une certaine façon pour moi que cela sera le cas pour toi par exemple. C’est seulement en s’écoutant qu’on sait comment s’y prendre.

cycle menstruel pour son mariage

Quelles sont les différentes phases du cycle menstruel ? Comment impactent-elles notre productivité ?

Il existe 4 phases dans notre cycle menstruel :

  • La phase menstruelle. En général, c’est la phase idéale pour tout ce qui va être réflexion, stratégie, budget. Tes capacités mentales sont développées. Pour votre mariage, c’est là où vous pouvez faire un point sur votre budget, votre rétroplanning, et prendre les actions nécessaires pour continuer dans cette direction ou corriger.
  • La phase pré-ovulatoire, juste après les règles. L’énergie commence à revenir. On a plus les capacités pour passer à l’action, et mettre en place les stratégies de la phase menstruelle.
  • La phase ovulatoire. C’est la phase où on a le plus d’énergie. C’est aussi la phase où on a besoin de tisser des liens. Vous pouvez privilégier ces moments pour rencontrer des prestataires, faire des points avec votre équipe. Même si c’est quelque chose que vous devez faire régulièrement 😁.
  • La phase pré-menstruelle. La fameuse phrase des SPM 😅. Des 4, c’est également la phase où on est en général la plus créative. Donc si vous avez des DIYs à faire, c’est le bon moment !

Encore une fois, chaque cycle est unique et dépend de chacune. Certaines personnes auront des phases où elles se sentiront bien alors que chez d’autres personnes, elles seront bien dans d’autres phases.

Quels conseils pourrais tu nous donner afin de nous aider à mieux appréhender, gérer son cycle menstruel pour son mariage mais aussi au quotidien ?

Alors, j’ai un conseil assez bâteau mais très difficile à mettre en place : il faut apprendre à s’écouter. Si on ne sait pas ce qu’on veut, on peut difficilement avancer.

Sans oublier que des fois, on peut tout faire pour que ça marche, sans succès, et il faut savoir l’accepter aussi.

Un autre conseil, ce serait de faire attention à son hygiène de vie. Donc :

  • Avoir une alimentation équilibrée sans trop se priver non plus. Là, vous pouvez vous tourner vers les aliments anti-inflammatoires.

Il existe quand même des aliments dont vous devez limiter la consommation, sans les supprimer. Par exemple, si vous avez des règles douloureuses, les produits laitiers d’origine animales ne sont pas recommandés. Par contre, vous pouvez vous lâcher sur les matières végétales.

Priorité aux produits de la mer, réduisez la viande rouge. Dosez-bien l’huile d’olive. Privilégiez les fruits, les légumes verts, certaines légumineuses.

  • Dormir suffisamment, notamment en fonction de votre chronotype mais aussi de vos propres besoins (c’est là que l’écoute est essentielle).
  • Faire du sport. On conseille au moins 30 minutes par jour mais si vous arrivez déjà à en faire 2 fois par semaine régulièrement, c’est déjà top. Le sport peut aussi être très puissant pour aider à soulager les douleurs menstruelles, en plus de vous aider à déstresser.

Enfin, il faut surtout anticiper. Si vous savez que vous avez des problèmes en particulier qui peuvent vous impacter, n’attendez pas la dernière minute pour faire quelque chose.

Qu'est-ce que ça tu pourrais conseiller pour mieux gérer le stress, la démotivation ?

Etant une anxieuse de nature, je ne suis pas une experte dans le domaine. Même si je sais qu’il y a quelques aliments qui peuvent aider à réduire le stress.

N’hésitez pas à faire du yoga, de la méditation, de la sophrologie. Je connais même une hypnothérapeute spécialisée dans le bien-être menstruel si jamais cela peut vous intéresser.

Vous pouvez aussi vous balader. Que ce soit dans la forêt, la nature… N’importe où.

Je vous invite aussi à lâcher prise. Quand vous avez un problème, essayez d’aller à la source de celui-ci, et demandez vous si cela vaut la peine d’être stressée. Si vous pouvez avoir une action dessus, faites le. Sinon, lâchez prise car on ne peut pas tout gérer. Il faut accepter de savoir passer à autre chose.

Pareil pour la démotivation. Quand on se retrouve dans ce cas, il faut essayer de comprendre pourquoi on se retrouve dans cette situation. Est-ce que parce que ce n’est pas une tâche très valorisante ? Est-ce qu’on peut la reporter à une autre phase ? La déléguer même ?

Par contre, si on ne peut pas la reporter, il faut prendre on courage à deux mains et le faire. Ce qui est fait n’est plus à faire après tout ! On se sent tellement mieux après quand on sait qu’on n’a plus à y penser.

Est-ce qu'il existe une méthode en particulier pour ne pas avoir ses règles un jour précis ? Le Jour du mariage par exemple ?

A ma connaissance, il y a seulement des aliments qui peuvent avancer le jour des règles mais non pas les retarder.

La cannelle fonctionne. Vous pouvez aussi y aller sur les plantes, les infusions. Je sais que certaines marques de compléments alimentaires proposent ce type de produits. Vous pouvez vous rapprocher d’un professionnel car je ne veux pas vous dire de bêtises.

En ce qui concerne le flux instinctif, c’est une méthode quand même difficile et longue à mettre en place. Donc je ne vous la recommande pas si vous n’avez pas le temps et l’énergie de la mettre en place.

Pour finir cet épisode, aurais-tu des conseils pour aider une future mariée à gérer son cycle menstruel pour son mariage ?

Déjà, prévoir une bonne protection. Et encore une fois, la clé, c’est anticiper.

Si vous savez que vous avez des règles douloureuses, n’attendez pas et mettez en place les bonnes habitudes dès maintenant. Le mieux serait de le faire 3 mois avant votre mariage.

Ayez une bonne hygiène de vie, même si cela est souvent compliqué avec le stress. Je ne sais pas si vous avez le temps de faire du sport mais n’hésitez pas à vous défouler.

En-dehors de ça, je n’ai rien d’autre à vous recommander à part le doliprane.

A propos de Kanèle :

Je m’appelle Kanèle et je suis diététicienne-nutritionniste spécialisée dans le bien-être menstruel et la productivité féminine (et aussi ingénieure pédagogique, mais ça n’a pas de lien avec la diététique). J’aide les femmes à soulager leurs règles douloureuses et maux du cycle (seins sensibles, chute d’énergie,…) afin de vivre en harmonie avec celui-ci et d’être plus organisée et productive car chaque phase à son potentiel !
 
 
Retrouvez Kanèle sur son Instagram
 

Alors, convaincue de l’impact que peut avoir son cycle menstruel pour son mariage ?

Comment allez-vous appliquer les conseils de Kanèle ?

A bientôt pour un prochain épisode !

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Se marier dans les années 90, c’était comment ? Avec Anne

années 90
années 90

Se marier dans les années 90, c'était comment ? Avec Anne

Si on m’avait dit un jour que je ferai un épisode de podcast avec ma propre mère, je ne l’aurais jamais cru 😅.
 
Et pourtant, son intervention est crucial pour ledit épisode.
 
J’avais envie de faire un voyage dans le temps. De remonter les décennies, histoire de mieux comprendre notre monde actuel. Sans oublier la façon dont nous organisons nos mariages aujourd’hui est influencée (ou non) par ce qui se faisait déjà à l’époque.
 
Vous l’aurez compris, le but de cet épisode est avant tout de découvrir comment se passait un mariage dans les années 90, et s’amuser à jouer au jeu des 7 différences avec les mariages actuels 😁. 

Coucou Maman ! Je suis ravie de t'accueillir sur le podcast pour cet épisode spécial. Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ?

Bonjour à tous, je m’appelle Anne, j’ai 52 ans et je suis ta mère, Aude (la petite référence 😅), ainsi que celle de deux autres filles.

Je me suis mariée avec ton papa dans les années 90, précisément en 1990. Malheureusement, la vie a fait que nous avons fini par divorcer. Mais si mon témoignage et mon expérience peuvent être utiles pour d’autres futures mariées, c’est avec plaisir que je répondrais à tes questions.

années 90

Comment vous êtes-vous rencontrés avec ton ex-futur mari ?

C’était au travail, je travaillais au Carrefour Ecully, près de Lyon. En fait, c’est sa mère avec qui je travaillais qui nous a présentés.

A ce moment, j’avais 18 ans, et on s’est mis ensemble peu de temps après.

Et comment s'est passé la demande en mariage ?

C’était pendant les fêtes de fin d’année. Il avait une bague, il s’est mis à genoux, j’ai accepté et on était fiancés, comme ça.

Où avez-vous choisi de vous marier et quand ?

En premier, on ne voulait pas tout faire en même temps car on trouvait que c’était trop speed.

Donc nous avons fait la cérémonie civile à la Mairie du 6e à Lyon le 2 juin 1990 avec le vin d’honneur. Puis la cérémonie religieuse à l’église de Saint-Pothin, toujours dans le 6ème, suivi du repas et de la fête le 9 juin.

Notre repas s’est passé à Anse, à une quinzaine de kilomètres de Lyon, dans un restaurant qui s’appelle le Saint Romain. 

C’est la cuisine qui s’est occupé du repas, on a amené le champagne et la famille a fait le DJ. Et on avait également un photographe.

Est-ce que vous aviez un thème ou pas ?

Non. Les gens sont venus comme ils voulaient.

Par contre, il y avait pas mal de chapeaux, de gants. Car c’était à la mode, c’était élégant. Mais à l’époque, avoir un thème pour son mariage était beaucoup moins répandu qu’aujourd’hui. Tout comme le fait de demander un dress-code particulier aux invités.

Te souviens-tu du budget et du nombre d'invités ?

Alors ce sont nos familles qui ont beaucoup contribué à organiser le mariage donc je ne me souviens plus du budget dépensé. Je rappelle également que le budget était en francs à l’époque.

Mais je me souviens qu’on avait une centaine d’invités.

Vous connaissiez tous vos invités ?

Oui, c’était le cas. Nous avions invité la famille, nos amis, que des personnes que nous connaissions. Donc pas d' »intrusion » de personnes que nous ne connaissions pas et qui étaient invités par nos proches.

Même si vos deux familles ont contribué au mariage, est-ce que vous aviez votre mot à dire sur certains éléments ?

Bien sûr que oui, surtout la robe de mariée.

J’avais été au salon du mariage quelques mois avant. On avait repéré quelques prestataires, ça nous avait beaucoup aidé.

Evidemment, on a choisi nos alliances, nos tenues, la liste des invités même si ma mère a voulu inviter des gens qu’elle connaissait (et que je connaissais aussi mais que je ne voulais pas forcément inviter)… Mais vu qu’elle a bien contribué au budget, je sentais que je n’avais pas trop mon mot à dire.

J’ai aussi choisi mon bouquet, avec beaucoup de roses rouges car c’est ma fleur préférée.

Pour cela, il aurait fallu que nous payions nous-même notre mariage de A à Z. Mais nous étions jeunes, mariés à 20 ans sans trop de ressources.

Il y avait aussi des demoiselles d’honneur avec toutes les mêmes robes, c’était très joli.

Petite anecdote : les invités du côté de ton père avaient un ruban bleu pour les reconnaître et mes invités avaient un ruban rose. De loin, on aurait dit une réunion pour le SIDA 😅. C’était voulu par ma mère.

As-tu rencontré des difficultés particulières ?

Non, tout s’est bien passé. Même si c’était un peu stressant car on a organisé notre mariage en moins d’un an.

Je me souviens que j’avais essayé ma robe en janvier 1990, on m’avait déjà dit que c’était court pour les retouches. Mais vu que j’en ai essayé qu’une et que c’était la bonne, c’était assez rapide.

Tu peux nous décrire rapidement ta robe ?

C’était une robe meringue. Tellement meringue que les invités ont cru que le gâteau était déjà arrivé à l’église.

Elle avait des manches très bouffantes, le bas était en tulle avec un cerceau, don très très ample. J’avais des chaussures à talons, une fausse tresse et un petit chapeau sur la tête avec une voilette et un long voile, avec des gants. Bref, la panoplie parfaite de la petite poupée Barbie.

As-tu une autre anecdote à raconter ?

Les photos au Parc de la Tête d’Or qui étaient assez fun.

On a aussi fait la jarretière, qui se faisait beaucoup à l’époque. Et l’ami qui a gagné le droit de me l’enlever m’a fait tomber de la table. Mais j’étais contente car c’était un ami que j’aimais beaucoup. Je rappelle qu’on l’arrache avec les dents 😁.

Quelles sont selon toi les différences entre se marier dans les années 90 et se marier aujourd'hui ?

Les réseaux sociaux, Internet, tout simplement. A l’époque, ça n’existait pas.

C’est sûrement un peu plus rapide, plus simple d’organiser un mariage aujourd’hui. Avant, ça se faisait beaucoup par téléphone, il fallait se déplacer, prendre des rendez-vous…

Pour ça, les réseaux sociaux sont assez pratiques. Après, j’ai conscience que ce n’est pas forcément plus simple à certains moments.

N’importe qui peut monter son entreprise, offrir des prestations et n’avoir aucun diplôme, aucune expérience dans le domaine. Le fait d’avoir le choix peut aussi être compliqué et on peut plus facilement se faire arnaquer.

J’ai vu une émission il y a quelques temps sur une photographe de mariage qui s’est fait usurpé son identité. Le gars s’était fait passé pour elle et avait arnaqué beaucoup de personnes.

Elle a mis du temps pour bien arriver à séparer ce qu’elle faisait avec la personne qui usurpait son identité. Au final, elle a obtenu gain de cause mais elle a quand même perdu beaucoup de clients et de réputation.

années 90

Si jamais tu devais te remarier aujourd'hui, que ferais-tu différemment par rapport à ton mariage dans les années 90 ?

Je pense que je ne marierais pas, tout simplement. La vie a fait que j’ai eu beaucoup d’expériences malheureuses en amour, un mauvais divorce. Je pense que je réfléchirai plus avant de sauter le pas, vu qu’on s’est mariés avec ton père seulement deux ans après notre rencontre.

Après, il ne faut pas garder que le négatif. Ce n’est pas parce que j’ai eu une mauvaise expérience que ça doit être le cas pour tout le monde.

Pour moi, ça a aussi évolué. Les gens ne se marient pas aussi rapidement. Ils attendent, ont même des enfants alors que ça aurait été impensable à l’époque, même dans les années 90.

Peut-être que je me tournerai plus vers le PACS, qui n’existait pas au début des années 90 et qui est moins contraignant que le mariage. D’ailleurs, j’ai une amie qui s’est d’abord pacsée avant de se marier.

Et aussi, on a le choix maintenant de garder nos deux noms alors que dans les années 90 et même avant, c’était automatiquement à la mariée de prendre le nom de son mari et laisser son nom de jeune fille. D’ailleurs, c’est ce que ta tante a fait lorsqu’elle s’est mariée à ton oncle en 2005. Et leurs enfants ont toujours les deux noms même s’ils sont séparés aujourd’hui.

Quel est le principal conseil que tu aimerais donner aux futures mariées ?

Bon courage pour les préparatifs 😉.

Surtout, kiffez votre mariage, kiffez le Jour J car ça passe super vite. C’est des mois de préparation, de stress pour un jour qu’on ne voit pas passer. Il y peut y avoir des imprévus, des couacs mais il ne faut pas s’en formaliser.

Tout ne peut pas être parfait et il faut apprendre à s’en détacher pour ne voir que le positif. C’est votre moment, et ne laissez personne le gâcher, surtout des membres de votre entourage.

Vous vous mariez avec l’homme/la femme que vous aimez, pas avec vos proches, ne l’oubliez pas. Faites selon votre cœur, vos désirs, ce que vous recherchez, c’est le principal.

Je considère le mariage comme un CDI, voire un CDD renouvelable. On doit être sûrs de bien vouloir s’engager avec la personne avant de sauter le pas.

Merci beaucoup encore Maman pour ton intervention et tes anecdotes !

Souhaitez-vous que je continue cette rétrospective avec des décénnies encore plus lointaines ?

Auriez-vous aimé vous marier dans les années 90 ?

A bientôt pour un prochain épisode !

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Que faire face au désintérêt de vos proches ?

désintérêt de vos proches
désintérêt de vos proches

Que faire face au désintérêt de vos proches ?

« A l’aide ! Tout le monde s’en fout de mon mariage ! ». Est-ce cette phrase vous est familière ? Alors cet épisode est fait pour vous.

Je n’ai pas statistiques précises sur le sujet, mais je suis certaine que cela arrive à bon nombre d’entre vous. Imaginez : vous êtes là, surmotivée, avec plein d’énergie, prête à en découdre avec votre mariage, pour avoir le plus beau jour de votre vie. Jusqu’au moment où vous vous rendez compte que la seule personne à être excitée par votre mariage… C’est vous-même 😅. Pourtant, on a beau demander un coup de main, personne ne vient à la rescousse.

Dans l’épisode du jour, je vous livre mes quelques astuces pour vous aider à faire face au désintérêt, qu’il soit de vos proches ou de votre fiancé.e, et faire en sorte que vous receviez toute l’aide possible et inimaginable pour vos préparatifs.

Anticiper le désintérêt de vos proches avant le mariage :

1- Faire des listes pour anticiper le désintérêt de vos proches :

C’est un conseil classique que je vous donne souvent. Parce que c’est un conseil qui marche du tonnerre 😁.

Pour cela, vous allez d’abord faire deux listes :

  • La première où vous allez noter : Qui serait susceptible de vous aider ? Ceux pour lesquels vous doutez ? Ceux pour qui vous savez que ce n’est même pas la peine de demander ?
  • La deuxième avec la liste de toutes les tâches que vous allez avoir à faire pour votre mariage. Pour vous aider à la faire, je vous renvoie vers l’épisode 2 du podcast et les premières étapes à faire pour organiser votre mariage.

2- Poser la question autour de vous :

Une fois ces listes faites, il va falloir que vous contactiez les personnes à qui vous souhaitez demander de l’aide.

Vous pouvez répertorier leurs réponses dans un questionnaire vous-même ou vous créez ce questionnaire que vos proches vont remplir directement. Dans tous les cas, le questionnaire est une méthode simple pour vous aider à centraliser rapidement toutes les réponses.

Pour créer ce dit questionnaire, Google Forms reste votre meilleur ami ! S’ils acceptent, vous devez impérativement leur demander :

  • Les moments où seront les plus disponibles.
  • Leurs compétences pour leur attribuer les bonnes tâches.
désintérêt de vos proches

3- Répartissez les tâches :

En fonction des réponses de votre entourage.

4- Bloquez les détails avec vos proches :

De façon très précise.

Vos proches ont sans doute une connaissance du mariage aussi limitée que vous. Donc, il vous revient de les guider en fonction de ce que vous souhaitez pour être certaine d’avoir le résultat que vous souhaitez.

Voici quelques moyens pour faciliter le travail à tout le monde :

  • Fournissez des instructions écrites détaillées comme votre cahier des charges, votre moodboard pour qu’ils s’imprègnent de l’ambiance du mariage. C’est important que vous donniez le plus d’informations possibles pour limiter les erreurs.
  • Donnez-leur également des deadlines pour vous assurer de tout avoir à temps.
  • Quel moyen de communication allez-vous utiliser pour garder le contact ? Allez-vous créer une messagerie collective ? But de simplifier la communication, poser les questions
  • Comment allez-vous simplifier la communication et faciliter les questions de votre team ? Comment allez-vous prendre des nouvelles ? Quand, à quelle fréquence allez-vous vérifier que tout se passe bien ?
  • Vous devez être certaine que vos proches vous diront immédiatement s’ils ont un imprévu, une baisse de motivation, quelque chose qui les empêcherait de mener leur tâche à bien. C’est crucial pour vous pour pouvoir anticiper, trouver un plan B et perdre le moins de temps possible.

Que faire si vous avez l’impression que tout le monde s’en fiche ? Que vous faites face au désintérêt de vos proches ?

Dans ce cas, vous avez deux cas de figure :

Avez-vous déjà demandé de l’aide ?

Si c’est votre fiancé.e. qui “pose problème”, cela peut sembler évident qu’il/elle s’implique… Puisque vous vous mariez à deux. C’est donc normal que votre futur conjoint.e participe. Mais en général dans ce genre de situation, il y a toujours une personne qui est moins impliquée, moins stressée que l’autre, et qui se rend moins compte de tout ce que l’organisation d’un mariage représente. Surtout pour les femmes qui rêvent de ce jour depuis toute petite.

Si son comportement vous dérange, n’hésitez pas à avoir une conversation avec votre moitié. N’hésitez pas à sortir des chiffres, des arguments concrets pour le/la motiver à vous aider.

Le but est de trouver des compromis, pour qu’il/elle fasse ce qui lui plait, ce pourquoi il/elle est doué.e. Votre moitié n’aime pas la décoration mais est plus doué.e pour l’administratif ? Justement, vous avez horreur de ça ? Alors il/elle peut s’occuper des devis, factures des prestataires ou encore du dossier de mariage.

Mais dans tous les cas, si vous n’avez pas demandé de l’aide à votre entourage, faites-le en suivant les étapes que je vous ai présenté il y a quelques minutes. Personne ne peut deviner que vous avez besoin d’aide si vous ne le demandez pas. Et même, cela ne sert à rien d’avoir peur de déranger. Vous serez surprise de voir que vos proches ne demandent qu’une chose : vous aider.

Vous avez déjà demandé de l’aide ? Vous avez l'impression de faire face au désintérêt de vos proches ?

Besoin d’extérioriser ce que vous ressentez ? Alors tournez-vous vers la communication non violente.

Vous ne devez pas accuser la personne en face de vous, uniquement communiquer sur vos impressions. Le but est de travailler ensemble pour régler la situation. Pensez-y : Comment vous sentirez-vous si la personne en face de vous vous disait “Tu n’en as rien à faire de mon mariage !” ? Vous vous sentiriez agressée et vous n’auriez pas du tout envie de parler avec elle. Car si elle pense ça, rien de ce que vous ne pourrez dire ne changera son état d’esprit.

Et si elle vous disait “J’ai l’impression que tout le monde s’en fiche de mon mariage car personne ne veut m’aider et ça me pèse beaucoup” ? Vous auriez déjà plus envie d’engager la conversation non ?

Car vous pouvez penser que tout le monde s’en fiche de votre mariage. Mais peut-être qu’elle a un emploi du temps chargé, des problèmes familiaux, quelque chose qui l’empêche de s’impliquer comme elle le voudrait. C’est le principe du deuxième accord toltèque : n’en faites jamais une affaire personnelle. Même le troisième accord : Ne faites pas de supposition. Chacun doit comprendre l’autre, car vous ne savez pas ce qu’il se passe dans la vie de votre entourage.

Si vous sentez que vous ou votre interlocuteur vous énervez, il ne faut surtout pas hésiter à couper la conversation, et revenez quand vous serez calmée.

désintérêt de vos proches

Que faire si personne ne respecte vos indications ?

Le même principe s’applique dans ce cas. Il faut que vous compreniez pourquoi ils ne respectent le font pas ? Est-ce qu’il y a des choses qui n’ont pas compris ? Pourquoi ne vous posent-ils pas de questions ? Pensent-ils que vos idées sont pourries ?

Quelque soit l’échange que vous aurez, il ne doit surtout pas être accusateur. Pour citer le premier accord toltèque (oui, j’en ai beaucoup cité dans cette épisode) : votre parole doit toujours être impeccable. Personne e doit vous reprocher vos paroles.

Et si rien ne marche ? Si vous faites effectivement face au désintérêt de vos proches ?

Si malgré tout ça, personne ne se porte volontaire pour vous aider, vous pouvez vous tourner vers un.e wedding planneur. Cette personne sera votre meilleur allié.e pour vous aider à organiser le mariage de vos rêves, et ce quelque soit votre budget.

Personnellement, j’ai à cœur de toujours m’adapter à la personne en face de moi. Si votre budget n’est pas élevé, alors nous définirons la meilleure façon dont je peux vous aider tout en respectant vos impératifs. Nous créons ensemble votre planning, je vous aide à définir vos idées si vous en avez besoin et surtout, je respecte vos envies du début jusqu’à la fin. 100% bonne humeur garantie 😁.

Vous voulez en savoir plus ? N’hésitez pas à réserver votre appel découverte gratuit pour que nous puissions en discuter ensemble !

Et vous, avez-vous fait face au désintérêt de vos proches ? Comment avez-vous géré ça ?

A dans deux semaines pour un prochain épisode et la reprise du rythme classique !

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Les choses pour lesquelles vous n’avez pas à vous sentir coupable

vous sentir coupable
vous sentir coupable

Les choses pour lesquelles vous n'avez pas à vous sentir coupable

La période des préparatifs de mariage peut s’apparenter autant au Paradis… Qu’à l’Enfer. Si certaines d’entre vous vont avoir le bonheur de voir tout tourner comme sur des roulettes, d’autres devront se battre avec les avis malvenus de leur entourage, les couacs à répétition, et une immense culpabilité.

Culpabilité car elles auront le sentiment de ne pas faire aussi bien que les autres. Culpabilité car elles auront l’impression que malgré tous leurs efforts, jamais elles n’arriveront à avoir le mariage de leurs rêves. Culpabilité car jusqu’au bout, on les punira pour leurs idées avec des phrases comme la fameuse “Mais ça ne fait pas mariage”.

Pourtant, qu’on se le dise, il y a plein de choses pour lesquelles vous n’avez PAS à vous sentir coupable pendant vos préparatifs de mariage.

Vous voulez des exemples ?Je vous laisse écouter cet épisode sans plus tarder. J’espère qu’il vous aidera à ne plus culpabiliser, dire m**** et vous permettre d’organiser VOTRE mariage. Pas celui de quelqu’un d’autre.

Vous sentir coupable de prendre des pauses quand vous en avez besoin :

Comme pour chaque événement du quotidien, cela peut vous arriver d’être moins motivée. De ne pas avoir envie. De juste vouloir rester sur votre canapé et regarder des films toute la journée. Le problème, c’est que ce “comportement” peut être mal perçu. Dans une société qui va toujours très vite, qui valorise la productivité et les réussites, le fait de juste ne pas avoir envie peut être mal vu. Vous voulez savoir ? On s’en fout de ce que les gens pensent. Si vous n’avez pas envie, si vous avez besoin de ralentir, alors faites-le.

N’hésitez pas à prendre du temps pour vous. Sortir, faire ce que vous aimez, déconnecter un peu de l’organisation de votre mariage.

Si c’est votre plus grande crainte, rassurez-vous : vous n’allez pas prendre de retard. Au contraire, vous allez surtout en prendre si vous continuez sur cette voie. En continuant à vous épuiser, vouloir avancer à tout prix alors que votre cerveau et votre corps ne veut pas aller dans la même direction. Là, c’est surtout le burn-out que vous risquez. Et à terme, vous risquez de ne plus être motivée du tout pour continuer vos préparatifs de mariage.

vous sentir coupable

Ne pas écouter vos proches, organiser votre mariage selon leurs désirs :

Si vous êtes un peu comme moi, vous ne souhaitez pas qu’il y ait de conflit parmi votre entourage. Donc, si ces derniers vous font des demandes par rapport à votre mariage (Exemple : “Est-ce que je peux venir avec mon copain que tu ne connais pas ?”, “Tu devrais engager un magicien, sinon personne ne va s’amuser”, “Il faut un service à table, sinon ça ne fait pas mariage”), vous allez accepter. Surtout si les remarques viennent de personnes déjà mariées. Ne connaissant rien au monde du mariage, vous allez vous dire “Vu qu’ils se sont déjà mariés, ils savent mieux que moi ce qu’il faut faire”.

Mais ce type de remarques contribuent également à enfermer votre mariage dans une case, et vous brider dans votre processus créatif. Evidemment, si on vous dit que vos choix ne font pas mariage, vous allez paniquer, vouloir les modifier et opter pour une approche plus traditionnelle. Après tout, vous voulez que vos invités voient que c’est un mariage.

Sauf que ces remarques sont aussi utiles qu’un remake de The Last of Us si vous voyez de quoi je parle 😊. C’est votre mariage. Il n’y a pas de façon type d’organiser un mariage. On s’en fout de l’avis de vos proches. Ils peuvent vous conseiller, vous donner leur avis. Mais au final, vous êtes la seule avec votre fiancé à prendre les décisions.

Vous sentir coupable de donner vie à vos idées les plus folles, vous écouter :

Si vous ne travaillez pas dans le monde du mariage, en vous fiançant, vous ne connaissez rien du tout à ce milieu. Logiquement, vous allez vous inspirer de ce qui s’est déjà fait pour se donner des idées, et voir ce qui est possible de faire. Le problème, c’est qu’à force de trop vouloir suivre les idées des autres, vous allez trop vous enfermer dans des cases. Vous vous dites que si ça a été fait comme ça, ce n’est pas pour rien, et que ce n’est pas possible de faire autrement.

Pour moi, vous devez certes vous inspirer, mais aussi vous écouter. Je suis convaincue que vous avez de superbes idées. Vous avez tort de penser que vos idées sont moins extraordinaire que tout ce que vous voyez sur Pinterest. Donc, il ne faut pas hésiter à ne pas suivre les tendances si elles ne vous conviennent pas.

N’hésitez pas à faire quelque chose de grand, d’ambitieux si vous en avez envie. Si jamais vous vous rendez compte que c’est trop compliqué, n’ayez pas peur de revoir vos idées à la baisse. Si ça vous prend trop de temps, de santé mentale, ne le faites pas et trouvez une autre solution. Cela ne se verra pas si vous ne le dites pas.

Même si vous sortez des codes, si vous faites un petit mariage, qui ne soit pas “grandiose”. Si on vous critique, le plus important reste que cette journée vous ressemble de A à Z.

Bref, vous n’avez pas à vous sentir coupable d’être vous même. Parce que c’est ce qui fera que vous aurez un mariage unique. Qui vous fera encore kiffer dans dix ans parce que vous et votre moitié aurez eu un mariage qui vous correspondaient à 100%.

En conclusion :

Si je devais mettre en valeur une chose aujourd’hui, c’est que vous ne devez pas vous sentir coupable de ne pas avoir un mariage “parfait”. De faire les choses comme vous les sentez. D’écouter vos envies même si elles feraient se retourner votre arrière-grand-mère dans sa tombe. De stresser. De craquer. De pleurer. Puis se remettre en selle pour tout déchirer.

Alors débarrassez-vous de cette culpabilité et profitez à fond !

Et vous, y’a-t-il un élément dont vous vous sentez coupable par rapport à votre mariage ?

A dans deux semaines pour un prochain épisode !

Aude

Publié le Laisser un commentaire

Organiser la parfaite demande en mariage avec Aurélie de Love Love Day

demande en mariage
demande en mariage

Organiser la parfaite demande en mariage avec Aurélie de Love Love Day

Je suis prête à parier que les futures mariés rêvent autant de leur mariage qu’elles ont rêvé DU fameux moment qui les a lancé dans cette aventure. De ce moment où elles allaient découvrir leur chérie. derrière elles, une bague à la main, prêt.e à dire les 4 mots qui vont changer leur vie pour toujours.
 
Logique pour une grande partie de ces messieurs (mais aussi des dames) donc, de mettre les petits plats dans les grands afin d’organiser la plus belle demande en mariage qui soit.
 
Dans l’épisode du jour, j’ai le plaisir de recevoir Aurélie, qui s’est justement spécialisée dans l’organisation de demandes en mariage plus ou moins atypiques. Sa seule limite ? Votre imagination. Aurélie a accepté de nous partager son expérience, en plus de nous donner quelques précieux conseils pour mettre toutes les chances de son côté de provoquer les étoiles dans les yeux de l’être aimé.

Hello Aurélie ! Merci beaucoup d'avoir accepté mon invitation. Est-ce que tu pourrais tu présenter ?

Je m’appelle Aurélie, j’ai créé mon entreprise Love Love Day en 2018.

Mon parcours est composé d’expériences dans la communication, l’événementiel et les ressources humaines. J’ai d’abord travaillé dans la communication. Et voyant que je n’arrivais pas à évoluer dans un poste salarié qui m’épanouissait, j’ai pris la décision de rompre un CDI pour reprendre mes études en Master. Cela a été l’une des meilleures décisions de ma vie.

J’ai emménagé à Toulouse en 2016 pour faire mon Master en Communication et Administration des Activités Culturelles à l’Université du Capitole. Ensuite, j’ai postulé pour faire mon stage au château de Peyrepertuse, ce qui m’a donné l’idée de créer mon entreprise.

Tu es une wedding planner spécialisée dans l'organisation de demande en mariage. Comment en es-tu arrivée à te spécialiser dans ce domaine ?

Quand j’étais adolescente, ma grande sœur organisait plein de mariages et je trouvais ça trop génial. Elle me recrutait souvent en tant qu’assistante et ça m’a passionné de voir les coulisses de l’organisation d’un mariage.

Au départ, je ne me sentais pas légitime en tant qu’organisatrice.  Puis au fil des années, j’ai réussi à contrer ce syndrome de l’imposteur.

Quand j’ai emménagé à Toulouse, un de mes amis m’a emmené visiter un château du Pays Cathare dans l’Aude, le château de Peyrepertuse. Et comme j’adore l’aventure, l’histoire et cette partie de la région, j’ai été servie.

Je sais qu’il y a des femmes qui aiment être surprises et qui n’aiment pas ce qui est classique (j’en fais partie). Alors quand j’ai fait ce pique-nique à 800m, avec la vue sur les Pyrénées, je me suis dis « Wouah, ça serait super d’organiser des demandes en mariage ici ». 

A partir de là, j’ai fait mon étude de marché, et j’ai cherché plein d’endroits insolites et magnifiques en Occitanie.

demande en mariage

A ton avis, quelle est la principale différence entre l'organisation d'un mariage et l'organisation d'une demande en mariage ?

Personnellement, j’adore organiser des demandes en mariage car on se rend compte à quel point un homme peut être romantique et peut exprimer ses sentiments pour la femme qu’il aime.

C’est un moment qui peut être fun, mémorable. Et c’est l’un des seuls moments où l’homme peut avoir un peu de contrôle sur la situation. Car on ne va pas se mentir, c’est surtout la femme qui prend les décisions lors de l’organisation d’un mariage. Après tout, elle en rêve depuis qu’elle est toute petite.

J’ai souvent des personnes qui viennent me dire : « La demande en mariage peut aussi être à l’initiative de la femme ». Oui, c’est le cas. D’ailleurs les filles : je vous attends ! Mais entre nous : est-ce que vous avez vraiment besoin d’aide pour organiser une demande en mariage ?

Je pense que les hommes ont plus besoin d’aide pour organiser une demande en mariage. Pour le côté créatif, la gestion, car nous n’avons pas tous les mêmes compétences.

Ce que j’aime dans l’vénementiel, c’est mettre en pratique toutes mes compétences. Et ce qu’il y a de plus dans l’organisation d’un mariage, c’est de gérer entre tous les états émotionnels : joie, stress, peur… C’est un métier plus difficile qu’il n’y paraît.

Il faut savoir s’adapter aux différentes personnalités, aux égos des prestataires. Plus j’organise de mariages, plus je me sens vivre.

Quel est l'élément le plus important pour une demande en mariage réussie ?

Essentiellement, ça ne dépend pas de moi mais c’est l’amour. C’est l’amour qui va pousser un homme à faire sa déclaration et créer une émotion incroyable entre les deux personnes.

C’est bien d’avoir une bague même si ce n’est pas obligatoire.

Et parfois, les sentiments sont tellement forts entre le stress, l’excitation, l’indécision. Cela demande une cetaine préparation. C’est là que j’interviens. On va s’entraîner avec des exercices de respiration, des exercices pour apprendre à parler en public et maîtriser ses émotions pour gérer ce moment hyper intense.

Quant à moi, je m’occupe du reste. Le lieu, les réservations, les demandes d’accès, la vidéo, les photos, la déco, le champagne, les macarons, les fleurs, limiter l’accès aux curieux. Je m’occupe de la logistique.

Peux-tu nous en dire plus sur la façon dont tu proposes une expérience inoubliable à tes clients ?

Certains ont déjà une idée précise de ce qu’ils veulent. Mais rien n’est assez fou pour moi.

Je trouverai toujours un moyen de mettre en scène les éléments qui font que la demande sera parfaite.

On me demande souvent « Quelle est la demande la plus folle que tu aies organisé ? ». N’hésitez pas à regarder mon site et tous les scénarii que je propose, parce que des idées folles, j’en ai. Par exemple je réponds : « Je propose une demande en mariage sous la glace, en hiver. Est-ce que ça vous dirait ? »

demande en mariage

Quelle serait la demande en mariage de tes rêves ?

Comme tu peux l’imaginer, la perspective d’une demande en mariage au restaurant ou à la maison, c’est trop classique pour moi. Pas du tout adapté à ma personnalité.

Moi ce que j’aime, c’est la nature, l’originalité. La personne doit être suffisamment imaginative et à l’écoute, et impliquer tous les gens que j’aime. Le plus difficile, ce sera de me le cacher, car j’ai un don pour découvrir les surprises.

Il y a une dizaine d’années, j’ai vu une demande en mariage tourner sur YouTube sur la chanson « Marry You » de Bruno Mars. La fille est asise dans une voiture, filmée comme les personnes qui dansent devant elle. Il y a tous ses amis, sa famille qui font une chorégraphie pendant au moins 5 minutes, et à la fin, ils s’écartent pour laisser l’homme s’approcher et faire sa demande.

J’ai trouvé ça magnifique que tout le monde soit dans le coup, que tout le monde participe. Bien sûr, la demande était à l’initiative de l’homme, mais c’est sa meilleure amie qui a tout organisé.

En parallèle de ton activité, tu es la référente du Wedding Club Business de Toulouse. Est-ce que tu peux nous en dire plus ?

Depuis que je suis revenue sur Toulouse en 2021, Crystelle Sabah, la fondatrice du Wedding Club, m’a chargé de créer le club de Toulouse.

Quand on démarre, si on veut réussir, le bouche-à-oreille, le réseau est juste primordial. En tant qu’organisatrice de mariages, j’ai rencontré des centaines de prestataires dans plein de domaines différents.

Et ce que je peux témoigner, c’est qu’ils suffrent de la solitude de l’entrepreneuriat. Donc le Wedding Club va avoir pour but de réunir des professionnels du mariage au niveau local et national.

J’ai accepté de rejoindre le Club pour ses valeurs humaines, bienveillantes et la recherche de la qualité. Le but du Wedding Club est de faire en sorte que ses partenaires puissent monter en gamme.

Concrètement, il ya deux rencontres par mois à Toulouse. Une en présentiel où j’active ma carte de Wedding Planner et j’emmène les membres visiter des lieux, et la deuxième est une visioconférence nationale avec un expert pour aider les participants à se spécialiser.

J’organise également un afterwork une fois par mois, ce qui nous a permis de nous rencontrer enfin en vrai en septembre 2021.

Tu proposes également de la location de décoration. Qu'est-ce que cela apporte aux futurs mariés ?

J’adore aller dans la Nature et m’en inspirer pour mes créations. Récemment, j’ai créé une arche ronde en pampa pour une cérémonie laïque en plein air.

J’ai aussi des éléments de déco type mur de fleurs artificiel. J’utilise des fleurs artificielles car je sais qu’elles peuvent se réutiliser et provoquer un effet « Waouh ». Mais mon plus beau concept, c’est celui de la Love Bubble.

C’est un igloo où on peut passer un super moment, isolés dans une bulle avec cette sensation d’être connectés à la Nature car le dôme est entièrement transparent. Il est déclinable en plein de thématiques différentes, à la volonté du couple.

Je créé tous ces éléments moi-même, à part les fleurs, les gâteaux et le champagne. Après, ça me prend du temps et d’énergie. Mais je me sens tellement bien quand je voie le résultat et la satisfaction de mes mariés, ça n’a pas de prix, ça me nourrit.

As-tu un conseil à donner à toutes les personnes qui organisent/souhaitent organiser une demande en mariage ?

Je dirai « Respire, et laisse parler ton coeur » 😉.

On connaît suffisamment la personne au point de savoir qu’on veut passer le reste de notre vie avec ele, alors il faut se faire confiance.

Aurais-tu un projet, des objectifs pour les 6 derniers mois de 2022 ?

Mon plus gros projet, c’est de continuer à développer mon activité et vivre de ma passion.

Je suis actuellement en train de développer un projet de formation certifiée Qualiopi, une certification compliquée à obtenir. Mais je laisse la surprise pour dans quelques semaines 😁.

A propos d'Aurélie :

Expérimentée en communication et événementiel depuis 15 ans, j’ai fondé mon entreprise en 2018 et je me suis spécialisée dans les demandes en mariage. Après un voyage professionnel de 3 mois aux USA, et une formation de Wedding Planner dans une école new-yorkaise, j’ai développé mon activité entre Toulouse et Paris. Ce que je préfère : dénicher des lieux insolites pour les Amoureux et créer des surprises mémorables.
 
 
Retrouvez Aurélie sur son site Internet 
 
Retrouvez Aurélie sur son Instagram 
 

Et vous, avez-vous organisé la demande en mariage de votre moitié ? Comment ça s’est passé ?

A bientôt pour un prochain épisode !

Aude