années 90

Se marier dans les années 90, c'était comment ? Avec Anne

Si on m’avait dit un jour que je ferai un épisode de podcast avec ma propre mère, je ne l’aurais jamais cru 😅.
 
Et pourtant, son intervention est crucial pour ledit épisode.
 
J’avais envie de faire un voyage dans le temps. De remonter les décennies, histoire de mieux comprendre notre monde actuel. Sans oublier la façon dont nous organisons nos mariages aujourd’hui est influencée (ou non) par ce qui se faisait déjà à l’époque.
 
Vous l’aurez compris, le but de cet épisode est avant tout de découvrir comment se passait un mariage dans les années 90, et s’amuser à jouer au jeu des 7 différences avec les mariages actuels 😁. 

Coucou Maman ! Je suis ravie de t'accueillir sur le podcast pour cet épisode spécial. Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ?

Bonjour à tous, je m’appelle Anne, j’ai 52 ans et je suis ta mère, Aude (la petite référence 😅), ainsi que celle de deux autres filles.

Je me suis mariée avec ton papa dans les années 90, précisément en 1990. Malheureusement, la vie a fait que nous avons fini par divorcer. Mais si mon témoignage et mon expérience peuvent être utiles pour d’autres futures mariées, c’est avec plaisir que je répondrais à tes questions.

années 90

Comment vous êtes-vous rencontrés avec ton ex-futur mari ?

C’était au travail, je travaillais au Carrefour Ecully, près de Lyon. En fait, c’est sa mère avec qui je travaillais qui nous a présentés.

A ce moment, j’avais 18 ans, et on s’est mis ensemble peu de temps après.

Et comment s'est passé la demande en mariage ?

C’était pendant les fêtes de fin d’année. Il avait une bague, il s’est mis à genoux, j’ai accepté et on était fiancés, comme ça.

Où avez-vous choisi de vous marier et quand ?

En premier, on ne voulait pas tout faire en même temps car on trouvait que c’était trop speed.

Donc nous avons fait la cérémonie civile à la Mairie du 6e à Lyon le 2 juin 1990 avec le vin d’honneur. Puis la cérémonie religieuse à l’église de Saint-Pothin, toujours dans le 6ème, suivi du repas et de la fête le 9 juin.

Notre repas s’est passé à Anse, à une quinzaine de kilomètres de Lyon, dans un restaurant qui s’appelle le Saint Romain. 

C’est la cuisine qui s’est occupé du repas, on a amené le champagne et la famille a fait le DJ. Et on avait également un photographe.

Est-ce que vous aviez un thème ou pas ?

Non. Les gens sont venus comme ils voulaient.

Par contre, il y avait pas mal de chapeaux, de gants. Car c’était à la mode, c’était élégant. Mais à l’époque, avoir un thème pour son mariage était beaucoup moins répandu qu’aujourd’hui. Tout comme le fait de demander un dress-code particulier aux invités.

Te souviens-tu du budget et du nombre d'invités ?

Alors ce sont nos familles qui ont beaucoup contribué à organiser le mariage donc je ne me souviens plus du budget dépensé. Je rappelle également que le budget était en francs à l’époque.

Mais je me souviens qu’on avait une centaine d’invités.

Vous connaissiez tous vos invités ?

Oui, c’était le cas. Nous avions invité la famille, nos amis, que des personnes que nous connaissions. Donc pas d' »intrusion » de personnes que nous ne connaissions pas et qui étaient invités par nos proches.

Même si vos deux familles ont contribué au mariage, est-ce que vous aviez votre mot à dire sur certains éléments ?

Bien sûr que oui, surtout la robe de mariée.

J’avais été au salon du mariage quelques mois avant. On avait repéré quelques prestataires, ça nous avait beaucoup aidé.

Evidemment, on a choisi nos alliances, nos tenues, la liste des invités même si ma mère a voulu inviter des gens qu’elle connaissait (et que je connaissais aussi mais que je ne voulais pas forcément inviter)… Mais vu qu’elle a bien contribué au budget, je sentais que je n’avais pas trop mon mot à dire.

J’ai aussi choisi mon bouquet, avec beaucoup de roses rouges car c’est ma fleur préférée.

Pour cela, il aurait fallu que nous payions nous-même notre mariage de A à Z. Mais nous étions jeunes, mariés à 20 ans sans trop de ressources.

Il y avait aussi des demoiselles d’honneur avec toutes les mêmes robes, c’était très joli.

Petite anecdote : les invités du côté de ton père avaient un ruban bleu pour les reconnaître et mes invités avaient un ruban rose. De loin, on aurait dit une réunion pour le SIDA 😅. C’était voulu par ma mère.

As-tu rencontré des difficultés particulières ?

Non, tout s’est bien passé. Même si c’était un peu stressant car on a organisé notre mariage en moins d’un an.

Je me souviens que j’avais essayé ma robe en janvier 1990, on m’avait déjà dit que c’était court pour les retouches. Mais vu que j’en ai essayé qu’une et que c’était la bonne, c’était assez rapide.

Tu peux nous décrire rapidement ta robe ?

C’était une robe meringue. Tellement meringue que les invités ont cru que le gâteau était déjà arrivé à l’église.

Elle avait des manches très bouffantes, le bas était en tulle avec un cerceau, don très très ample. J’avais des chaussures à talons, une fausse tresse et un petit chapeau sur la tête avec une voilette et un long voile, avec des gants. Bref, la panoplie parfaite de la petite poupée Barbie.

As-tu une autre anecdote à raconter ?

Les photos au Parc de la Tête d’Or qui étaient assez fun.

On a aussi fait la jarretière, qui se faisait beaucoup à l’époque. Et l’ami qui a gagné le droit de me l’enlever m’a fait tomber de la table. Mais j’étais contente car c’était un ami que j’aimais beaucoup. Je rappelle qu’on l’arrache avec les dents 😁.

Quelles sont selon toi les différences entre se marier dans les années 90 et se marier aujourd'hui ?

Les réseaux sociaux, Internet, tout simplement. A l’époque, ça n’existait pas.

C’est sûrement un peu plus rapide, plus simple d’organiser un mariage aujourd’hui. Avant, ça se faisait beaucoup par téléphone, il fallait se déplacer, prendre des rendez-vous…

Pour ça, les réseaux sociaux sont assez pratiques. Après, j’ai conscience que ce n’est pas forcément plus simple à certains moments.

N’importe qui peut monter son entreprise, offrir des prestations et n’avoir aucun diplôme, aucune expérience dans le domaine. Le fait d’avoir le choix peut aussi être compliqué et on peut plus facilement se faire arnaquer.

J’ai vu une émission il y a quelques temps sur une photographe de mariage qui s’est fait usurpé son identité. Le gars s’était fait passé pour elle et avait arnaqué beaucoup de personnes.

Elle a mis du temps pour bien arriver à séparer ce qu’elle faisait avec la personne qui usurpait son identité. Au final, elle a obtenu gain de cause mais elle a quand même perdu beaucoup de clients et de réputation.

années 90

Si jamais tu devais te remarier aujourd'hui, que ferais-tu différemment par rapport à ton mariage dans les années 90 ?

Je pense que je ne marierais pas, tout simplement. La vie a fait que j’ai eu beaucoup d’expériences malheureuses en amour, un mauvais divorce. Je pense que je réfléchirai plus avant de sauter le pas, vu qu’on s’est mariés avec ton père seulement deux ans après notre rencontre.

Après, il ne faut pas garder que le négatif. Ce n’est pas parce que j’ai eu une mauvaise expérience que ça doit être le cas pour tout le monde.

Pour moi, ça a aussi évolué. Les gens ne se marient pas aussi rapidement. Ils attendent, ont même des enfants alors que ça aurait été impensable à l’époque, même dans les années 90.

Peut-être que je me tournerai plus vers le PACS, qui n’existait pas au début des années 90 et qui est moins contraignant que le mariage. D’ailleurs, j’ai une amie qui s’est d’abord pacsée avant de se marier.

Et aussi, on a le choix maintenant de garder nos deux noms alors que dans les années 90 et même avant, c’était automatiquement à la mariée de prendre le nom de son mari et laisser son nom de jeune fille. D’ailleurs, c’est ce que ta tante a fait lorsqu’elle s’est mariée à ton oncle en 2005. Et leurs enfants ont toujours les deux noms même s’ils sont séparés aujourd’hui.

Quel est le principal conseil que tu aimerais donner aux futures mariées ?

Bon courage pour les préparatifs 😉.

Surtout, kiffez votre mariage, kiffez le Jour J car ça passe super vite. C’est des mois de préparation, de stress pour un jour qu’on ne voit pas passer. Il y peut y avoir des imprévus, des couacs mais il ne faut pas s’en formaliser.

Tout ne peut pas être parfait et il faut apprendre à s’en détacher pour ne voir que le positif. C’est votre moment, et ne laissez personne le gâcher, surtout des membres de votre entourage.

Vous vous mariez avec l’homme/la femme que vous aimez, pas avec vos proches, ne l’oubliez pas. Faites selon votre cœur, vos désirs, ce que vous recherchez, c’est le principal.

Je considère le mariage comme un CDI, voire un CDD renouvelable. On doit être sûrs de bien vouloir s’engager avec la personne avant de sauter le pas.

Merci beaucoup encore Maman pour ton intervention et tes anecdotes !

Souhaitez-vous que je continue cette rétrospective avec des décénnies encore plus lointaines ?

Auriez-vous aimé vous marier dans les années 90 ?

A bientôt pour un prochain épisode !

Aude